Le nouveau contrat de voyage, « une débilité profonde » selon Jean-Pierre Mas

Distribution
Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage

Lors de l’Assemblée Générale des Entreprises du Voyage, Jean-Pierre Mas, président de l’institution, a dit tout le mal qu’il pensait de l’application de la transposition de la directive européenne sur les voyages à forfait. Il a notamment dénoncé avec virulence le nouveau contrat de voyage applicable au 1er juillet.

 

 

« Le gouvernement français a jugé utile de maintenir la responsabilité de plein droit de l’agent de voyages. C’est une grave erreur » affirme le président des Entreprises du Voyage qui affirme avoir « formé un recours devant le Conseil d’Etat de manière à faire condamner la France pour une transposition abusive de la directive européenne ». « Cette erreur politique, poursuit Jean-Pierre Mas, nous met en difficulté pour trouver des assureurs en responsabilité civile, elle augmente le coût des assurances et nous met en situation de perte de compétitivité par rapport à nos confrères européens qui ne sont pas soumis à ce régime élevé de responsabilité ».

 

Dans le cadre de cette directive, un nouveau contrat de voyage doit être édité alourdissant les obligations en matière d’information du vendeur vis-à-vis de ses clients. « Comme un agent de voyages normal, je me suis posé devant ce BI (Bulletin d’Inscription), et je me suis dit ce n’est pas possible » résume Jean-Pierre Mas. Il est vrai qu’un certain nombre de rubriques doivent être renseignées concernant l’information préalable délivrée au voyageur.  « Les horaires de transport, la compagnie utilisée…, c’est trop compliqué de remplir ça  surtout si le client effectue son voyage plusieurs mois après son inscription ». Pour le président des Entreprises du Voyage, « les obligations figurant dans ce nouveau contrat de voyage relèvent d’une méconnaissance totale du fonctionnement de nos métiers. C’est d’une débilité profonde. Rédiger comme ça un texte, c’est être irresponsable de plein droit. Ceux qui l’ont fait ont certainement fumé la moquette ».

 

Début mai, les adhérents des Entreprises du Voyage recevront ce nouveau BI. Ils devront l’utiliser pour toutes les ventes effectuées à partir du 1er juillet. « Si vous souhaitez sortir de ce cadre, nous allons vous donner des pistes » conclut Jean-Pierre Mas.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *