Les agences Afat perdent le marché des « billets simples »

En 2007, l’activité des 630 agences du réseau Afat est en augmentation de 6%, que ce soit en billetterie ou en tourisme.Concernant la billetterie, Afat constate une baisse d’activité sur la métropole (- 5%) et l’Europe (- 3%) qui ne représentent plus que 45% de l’activité globale du réseau (contre plus de 50% il y a deux ans). A l’inverse, l’international (+ 13%) connaît une forte progression. Il apparaît que les agences physiques perdent le marché des billets simples basse contribution à destination de la France ou de l’Europe, à l’exception du trafic des entreprises. Internet n’est pas étranger à ce phénomène. Ces mêmes agences progressent sur les billets long-courriers, plus complexes à vendre et qui nécessitent davantage de professionnalisme. En tourisme, l’hiver 2006 – 2007 avait été marqué par une forte croissance (+ 8%) liée, selon Afat, à la progression du pouvoir d’achat des hauts revenus qui voyagent deux fois par an et à la sensible réduction des zones touristiques considérées comme "à risque". En raison notamment des élections, le printemps a marqué le pas. L’été qui avait assez mal débuté a été sauvé par des réservations tardives au point que de nombreux dossiers n’ont pas pu être concrétisés en raison de la pénurie de stocks. Selon le réseau, les revenus moyens qui ne voyagent qu’une fois par an n’ont pas toujours trouvé sur Internet les promotions qu’ils attendaient du fait de l’anticipation par les voyagistes de l’adaptation des stocks à la demande. Ils ont donc retrouvé, en fin de printemps et début d’été, le chemin des agences qui disposent d’outils de recherche plus pertinents. Quant aux hauts revenus, ils se renseignent souvent sur Internet avant de faire valider leurs informations et concrétiser leur achat par un agent de voyages.

Publié par David Savary

Journaliste – Le Quotidien du Tourisme

Me contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *