Levent Voyages se démène pour rapatrier ses clients

Distribution

550 personnes sont déjà rentrées, de 700 à 800 autres prévues d’ici dimanche.
La défaillance du tour-opérateur Elégance coûte 275 000 euros à l’agence.
Le gérant regrette que l’APS ne puisse rien faire en matière de vols secs.Franck Gucer, gérant Levent Voyages, est un homme fatigué mais qui ne baisse pas les bras. À cause de la défaillance du TO Elégance, il doit en effet s’occuper du rapatriement depuis la Turquie de 1.300 personnes qui ont acheté un vol sec auprès de son agence. "Cela fait plus d’une semaine que je remue ciel et terre pour trouver des vols alors que je n’ai aucune obligation juridique de le faire" déclare-t-il. Il précise : "J’avais deux solutions : soit je mets la clé sous la porte et tout s’arrête, soit je me bats et j’essaye de trouver des vols pour mes clients." Au total, Franck Gucer a affrété sept vols – ironie du sort – auprès d’Atlas Jet, la compagnie qui travaillait avec Elégance. "Trois vols en provenance d’Adana, d’Izmir et d’Istanbul sont déjà arrivés. Les autres, avec à leur bord entre 700 et 800 personnes, devraient arriver d’ici dimanche." Coût de l’opération : 275.000 euros. "Je vais sans doute devoir mettre en vente des biens personnels", prévoit le responsable, qui précise qu’un "virement de 150.000 euros est déjà parti". A l’agence basée dans le 10e arrondissement de Paris, le téléphone n’arrête pas de sonner. "Des questions, des plaintes, parfois des menaces de la part de clients ou de familles qui ne comprennent pas. Difficile de faire face. C’est épuisant", avoue Franck Gucer qui déplore par ailleurs que l’"APS ne puisse rien faire en matière de vol sec". Il ajoute : "J’ai très vite contacté le Snav et l’APS. Ils m’ont promis leur soutien juridique. On verra." Levent Voyages, qui réalise 80 à 85% de son chiffre d’affaires avec le vol sec, existe depuis 26 ans et s’enorgueillit d’une clientèle fidèle. "Il n’y a personne dans la communauté turque qui ne nous connaît pas, et nous sommes fiers d’être une petite agence indépendante qui travaille sur ce marché", affirme Franck Gucer. Toutefois, dans le contexte actuel, il regrette que "les gens ne se rendent pas compte de la réalité des choses. Des énormes efforts que l’on fait pour eux. Il y a très peu de gens qui nous ont remerciés".

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *