Selectour Afat en passe de perdre Afat

Distribution

100 jours après son arrivée à la tête de Selectour Afat, Laurent Abitbol a présenté lors d’un point presse sur le salon IFTM Top Resa ses priorités pour les mois à venir. A commencer par son souhait de modifier le nom de la marque Selectour Afat comme nous le supposions dans notre édition d'hier.
 "Si c’était moi, je simplifierai immédiatement le nom de la marque. Selectour Afat, c’est pas beau" indique Laurent Abitbol. Le dirigeant a d’ailleurs sondé le Conseil d’administration : 10 administrateurs sont favorables pour garder uniquement le nom Selectour, 7 sont contre, "J’aurai pu décider que ce soit officiel mais je veux qu’il y ait au moins 14 personnes qui adhèrent à ce projet". Si le dirigeant comprend la "dimension affective" qu’il peut y avoir dans le maintien d’une marque, il se donne trois semaines pour convaincre les réticents. Décision sera prise lors d’un Conseil d’administration élargi du 13 au 15 octobre à Tunis.
Si le seul nom de Selectour est retenu, le réseau ne va pas pour autant changer les enseignes, "trop coûteux". Ce qui ne l’empêche pas de travailler sur les agences de demain. "On ne peut pas vendre du voyage dans des taudis" souligne Laurent Abitbol qui précise qu’une "agence de 50 m2 entièrement rénovée revient environ à 80 000 euros". Une cinquantaine devait être refaite d’ici la fin de l’année.

Autre sujet de discussion, le contrat TUI qui arrive à échéance le 31 décembre prochain. "Il faut savoir que TUI et Transat représentent à leur deux 20% de la CRF (centrale de paiement). On ne fera pas un contrat en notre défaveur" affirme Laurent Abitbol qui espère voir les négociations aboutir d’ici la fin novembre. Pascal de Izaguirre à la tête de TUI France et Patrice Caradec, patron de Transat France, devraient être présents au prochain du réseau à Québec début décembre.

Enfin le président du réseau aux 1 203 points de ventes (1 550 dans le cadre du GIE avec Havas Voyages) se dit fier de travailler "dans un Conseil d’administration apaisé" avec "des équipes superbes et motivées". Voilà qui ouvre de belles perspectives pour le réseau qui entend, à la faveur de son GIE avec Havas, peser plus et mieux dans les négociations avec les fournisseurs. Un troisième entrant dans le Groupement d'Intérêt Economique n'est d'ailleurs pas à exclure.
 

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *