Selectour : en 2018, les adhérents « devraient gagner deux fois plus ! »

Distribution
Laurent Abitbol, président de Selectour, à Dubaï.

En 2018, Selectour annonce une hausse de son activité de 5%. Son président, Laurent Abitbol, est satisfait. « 2017 était déjà une bonne année, 2018 est très bon » a-t-il dit à Dubaï durant le 9e congrès du réseau qui a réuni jusqu’à dimanche environ 550 adhérents et fournisseurs. 

 

Le réseau Selectour qui affiche près de 1200 points de vente pour 550 licences devrait réaliser en 2018 un volume d’affaires de 3 milliards d’euros (4,4 milliards pour le GIE avec Havas).

Selectour « gagne de l’argent et je veux le redistribuer » a expliqué Laurent Abitbol et « je pense que les adhérents vont gagner deux fois plus en tourisme ». Pour l’activité « affaires » ils ont gagné « entre 100 et 150% de plus » a-t-il affirmé.

Depuis 2016, date de son arrivée à la tête de Selectour, « les actions et réformes s’enchainent à la vitesse grand V et portent déjà leurs fruits » s’est-il félicité. « En 2016, quand je suis arrivé, il fallait remettre de l’ordre dans notre image, Aujourd’hui c’est fait : la marque est claire, nette et précise. Nous avons construit le GIE Asha pour des contrats de transport plus rémunérateurs avec plus de revenus. En 2017, nous vous avons distribué 2 millions de bonus ! »

 

Il a évoqué également le projet d’entreprise pour Selectour Sunrise qui avait été adopté à 75% par les adhérents en avril 2018. « Tout ce que j’ai promis dans Sunrise est lancé ».

Reste le gros chantier NDC. « On ne va pas attendre qu’on nous livre pour réagir », car il estime avoir les moyens financiers suffisants « pour développer nous-même une solution ». Il ne veut plus avoir à faire à des intermédiaires et annonce que Selectour va « réinventer le modèle et gagner plus ».

Il rappelle aussi son intention de développer davantage le voyage d’affaires. Avec plus de 450 agences « affaires », 32 000 entreprises clientes, le voyage d’affaires représente 65% du volume d’affaires du réseau, a précisé Laurent Abitbol. « Depuis plus d’un an on arrive à prendre de gros comptes »  a-t-il ajouté. Affirmant au passage qu’en chiffre d’affaires, « le GIE est plus important que Carlson Wagonlit ou Amex ».

 

Tout va donc pour le mieux pour Selectour, ses adhérents et son président. Seule ombre au tableau : le phénomène des gilets jaunes inquiète Laurent Abitbol. Avec « depuis deux semaines », une activité en baisse « de 2 à 3% » et de nombreuses agences fermées durant le week-end.

 

Rappelons que durant le congrès des ateliers ont été organisés pour les adhérents afin qu’ils puissent mieux se familiariser avec les outils mis en place dans le cadre de Sunrise.

 

R’TO. Avec R’TO, l’agent de voyages peut réserver et tarifer les dossiers aériens des clients au tarif TO. L’émission reste centralisée par Tourisme & Affaires.

 

Package dynamique. Le nouveau moteur vol va venir se substituer à celui existant actuellement sur les sites internet en BtoC. Cette version 2.0 qui devient la propriété de Selectour est un outil de package dynamique B2B. Toutes les agences de voyages pourront combiner à la fois un vol et une prestation hôtelière.

 

Carnet de Voyages. Il s’agit d’une application pour smartphone qui répertorie toute les informations du voyageur : son itinéraire, les adresses des hôtels, les e-billets d’avion, les horaires de voyage… Les coordonnées de l’agent apparaissent également. Celui-ci peut être contacté facilement à tout moment.

 

Smart. C’est la 2e appli mobile développée par le réseau. Smart est une application dédiée à la clientèle affaires. Le client peut y suivre son trajet et bénéficier d’une assistance de voyage 24h/24.

 

SAVme. C’est à la fois une plateforme pour déclarer et suivre ses litiges en ligne et accéder à une base documentaire. C’est aussi une équipe dédiée pour aider les agents de voyages à la résolution des litiges de niveau 2 (alerte orange) et 3 (alerte rouge).

 

Selectour+. C’est un outil de performance commerciale qui a été lancé en 2018 avec les partenaires transporteurs. En 2019, il sera étendu aux TO et croisiéristes devrait augmenter les gains des vendeurs sous forme de bons d’achat.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *