Surcharge GDS : les agences doivent choisir entre des billets plus chers et une baisse de leur rémunération

Distribution
Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, et Jean-Marc Janaillac, président d'Air France KLM.

L’accord tripartite PCA qui permet aux agences de continuer à vendre Air France à travers les GDS sans se voir appliquer de surcharge préfigure le modèle économique qui reliera demain les différents acteurs de la chaîne.

Renoncer aux incentives

« Tout ça pour ça! » soupire Jean-Pierre Mas. A propos de l’accord signé entre Amadeus et Air France, le président des EDV ajoute : «Tout cela aurait pu se faire tellement mieux, plus en douceur, sans perte de temps et d’énergie». Car vendredi 30 mars, très peu de temps donc avant la date fatidique du 1er avril, un accord, négocié jusqu’à la dernière minute, entre Air France et Amadeus a été annoncé.

 

Les agences ou les réseaux qui le souhaitent  pourront donc être exemptés de la fameuse surcharge GDS qu’Air France entend appliquer à tout booking réalisé à travers ce canal. Ce, pour peu qu’ils signent avec Air France un contrat de Private Chanel Agrements (PCA), qui induit qu’ils renoncent à leurs incentives Amadeus, ce qui implique également une révision du contrat les liant à ce dernier.

 

Bref, il est donc question de choisir entre faire payer une surcharge au client ou voir une partie de sa rémunération baisser. A moins bien sûr que des négociations commerciales bilatérales avec les compagnies ou les GDS permettent d’aboutir à des compensations. Ce qui est sûr, c’est que la plupart des réseaux ont choisi le PCA.

Sans accord, la surcharge s’appliquera le 1er avril

A compter du 1er avril, les agences ayant signé ce contrat, soit une grande majorité étant donné que les grands réseaux ont anticipé, seront donc exemptées de surcharge. Pour les autres, elle s’appliquera. Ajoutons que les agences ayant un faible volume de billetterie auront toujours la solution de se tourner vers le site B2B d’Air France.

 

Pour Air France, le PCA permet donc de se donner le temps nécessaire afin que les développements technologiques menant à des outils NDC performants aboutissent. Mais aussi de commencer à préfigurer le modèle économique de demain. Le schéma qui voit les compagnies payer les GDS pour chaque booking, puis ceux-ci reverser une partie de l’argent aux agences sous forme d’incentive a semble-t-il vécu. D’autres circuits sont donc à inventer.

Air France récupère le contrôle potentiel de sa distribution

Enfin Air France a désormais les mains libres. Si pour le moment la compagnie a décidé de continuer à fournir l’ensemble de son offre à travers le canal PCA, elle n’est plus liée à Amadeus par un accord de full content et pourra donc si elle le souhaite décider à l’avenir à qui et comment elle ouvrira son offre à la vente.

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *