Une croissance de 50 % sur Internet à l’horizon 2006

Distribution

24 % des internautes préparent leur voyage sur le Net, 14 % passent à l’achat.
Dans les deux ans, 25 % du tourisme se fera par le biais du canal Internet.
60 % des visiteurs sont des femmes, 50 % du trafic provient de la province.
Si l’on en croit une étude Sofres-Lastminute, la moitié des Français sont internautes (46 %), la moitié des internautes achètent du voyage (24 %), et, la moitié de cette moitié l’achète sur Internet (14 %). « D’ici à 2006, Internet devrait enregistrer une croissance de 50 % », annonce Pierre Paperon, directeur général de Lastminute France, avant de préciser que ce canal sera « la source d’information pour un tiers des voyages » et que « 25 % du tourisme sera de l’e-tourisme ». Concernant le profil de l’internaute, Pierre Paperon fait remarquer que 60 % des visiteurs sont des femmes, et que 50 % du trafic Internet vient maintenant de province (contre 40 % il y a un an). L’extension de l’ADSL justifie en partie ce chiffre. Selon une enquête en ligne sur le site, 40 % des visiteurs et des acheteurs ont entre 25 et 35 ans, « notre cœur de clientèle », souligne Pierre Paperon, avant de préciser que « l’avenir du voyage en ligne va davantage concerner les 35 ans et plus sur les deux prochaines années, et les 50 ans et plus dans les cinq ans ». A propos de l’instruction en cours par le Conseil de la concurrence contre un éventuel abus de position dominante de Voyages-sncf.com, Pierre Paperon s’est dit content d’avoir été rejoint dans sa plainte par Promovacances. Pour autant « l’affaire est loin d’être finie. Nous en avons sans doute encore pour un an de bataille ». Enfin, Lastminute a annoncé son intention de développer les services (possibilité de partir immédiatement) proposés dans sa boutique de retrait située sur les Champs-Élysées.
« Lastminute France prévoit d’être rentable en 2005 », c’est ce qu’a indiqué Pierre Paperon, son directeur général. Ce dernier a également annoncé que l’agence en ligne avait réalisé un volume d’affaires de 222 millions d’euros en 2004, soit une augmentation de 26 % par rapport à l’exercice 2003. Le résultat net se traduit toutefois par une perte de 17 millions d’euros (103 ME pour l’ensemble du groupe). Pierre Paperon prévoit également d’embaucher entre 20 et 30 personnes dans l’année qui vient.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *