Les sénateurs et les députés planchent sur la reprise du tourisme

Economie
La commission des affaires économiques du Sénat a publié, le 6 mai 2020, 30 propositions pour relancer le tourisme en France. ©Adobe Stock

Les parlementaires français viennent de présenter plusieurs dizaines de recommandations pour soutenir le secteur du tourisme, qui sera durablement affecté par la crise du coronovairus, et lui donner les moyens de rebondir. Explications.

 

Le tourisme pèse 8% du PIB national et deux millions d’emplois directs et indirects. Sans oublier que la France se félicite régulièrement de sa place de première destination touristique mondiale. Il y a donc urgence, pour les parlementaires de l’Hexagone, à plancher sur un plan de bataille pour sauver le soldat tourisme.

 

La commission des affaires économiques du Sénat a donc publié le 6 mai une liste de 30 propositions pour soutenir le tourisme dans l’Hexagone. Le lendemain, ce sont les députés de l’Ardèche et des Landes, Hervé Saulignac et Boris Vallaud (groupe socialistes et apparentés), qui présentent à leur tour 34 idées pour relancer le tourisme… et penser à l’après-Covid-19. Tour Hebdo les a compilées.

Provoquer un choc de confiance

Alors que le déconfinement de la France débutera le 11 mai, les incertitudes et inquiétudes demeurent autour de la saison touristique estivale — voire sur l’ensemble de l’année 2020. Les sénateurs appellent donc à un « choc de confiance » exprimé par les quatre premières recommandations : tenir un discours clair sur le calendrier (1), définir les bonnes pratiques sanitaires et les diffuser massivement (2), s’appuyer sur le couple élus locaux-préfecture (3), définir des objectifs clairs et évaluables (4).

 

Des mesures proches de celles préconisées par les sénateurs de l’Ardèche et des Landes. « Il apparaît nécessaire d’indiquer au plus tôt aux professionnels qui ont besoin de s’y préparer, les conditions envisagées de la reprise sur le plan des préconisations sanitaires et s’ils peuvent compter sur des réouvertures échelonnées selon la situation épidémiologique des territoires », expliquent-ils.

Compléter les mesures de trésorerie

Dans la lignée de la volonté du président Emmanuel Macron de « faire plus et mieux », les sénateurs de la commission des affaires économiques appellent à « amplifier » les mesures de soutien aux professionnels du secteur.

 

Pour ce faire, ils recommandent de renforcer le fonds de solidarité (dont les modalités d’accès ont été encore élargies) (5), poursuivre la diminution des charges liées aux prélèvements obligatoires (6), accompagner financièrement les collectivités territoriales (7), élargir de nouveau le chômage partiel (8), assouplir les conditions d’octroi du prêt garanti par l’État et allonger les délais de remboursement (9) — une mesure également préconisée par les deux députés de l’Ardèche et des Landes —, s’assurer que les reports d’échéance de prêts bancaires ne donnent pas lieu à des contreparties excessives (10), poursuivre l’effort de mobilisation des assureurs (11) et mobiliser le fonds Tourisme social investissement (12).

 

Pour soutenir durablement le tourisme, dont la reprise sera lente, les parlementaires suggèrent que ces mesures restent applicables « postérieurement à la reprise afin d’éviter un nouveau choc lié à la hausse des charges » (13).
Hervé Saulignac et Boris Vallaud, respectivement députés de l’Ardèche et des Landes, abondent en proposant d’annuler l’impôt sur les sociétés, la taxe sur les salaires et les cotisations sociales (hors cotisations salariales) entre le 15 mars et le 31 décembre 2020, d’annuler les taxes, redevances et impôts locaux au titre de l’année 2020, de prolonger les mesures de chômage partiel jusqu’au 15 mars 2021 ou encore d’élargir les conditions d’accès au fonds de solidarité pour les entreprises jusqu’à 30 salariés.

Répondre aux urgences : ordonnance, saisonniers, fonds de garantie…

Diverses problématiques apparues ces derniers mois doivent être traitées à court-terme. Parmi elles, la mise en oeuvre de l’ordonnance n°2020-315 du 25 mars 2020, appliquée de manière « disparate ». Les sénateurs appellent à s’assurer de la bonne application de l’ordonnance par les plateformes en ligne (14), à mettre en place une garantie d’État exceptionnelle des avoirs émis par les hébergeurs (15), appeler les plateformes en ligne à la solidarité envers les acteurs les plus fragiles via une diminution temporaire des commissions (16).

 

Autre difficulté soulevée, celle du recrutement des saisonniers. La commission des affaires économiques recommande d’élargir leurs droits au chômage (17). Hervé Saulignac et Boris Vallaud vont plus encore en proposant d’instaurer un dispositif provisoire « urgence saisonnier ». Les employeurs qui prendraient à leur charge les frais de déplacement et une part des frais de logement de leurs salariés saisonniers seraient remboursés via un crédit d’impôt.

 

Les charges de loyer des exploitations de résidences de tourisme doivent aussi être diminuées, selon la proposition n°19 des sénateurs.

 

Ils appellent également à prendre en compte l’exposition des consommateurs et des voyagistes au risque de faillite des compagnies aériennes en légiférant au niveau européen sur les avoirs proposés par les transporteurs. Les sénateurs préconisent aussi la création d’un fonds exceptionnel de garantie des billets d’avion (18).

 

D’autres particularités sont évoquées comme les besoins des casinos (propositions 20 et 21) et ceux des stations de montagne et domaines skiables (22).

Bâtir un plan de relance

Le salut du tourisme viendra, à moyen-terme, de la proximité. Les sénateurs proposent donc d’accompagner la reprise à travers un plan de communication mettant en valeur les territoires tricolores et leurs professionnels (23) tout en continuant à communiquer à l’international (24).

 

Concernant les vacances d’été, toujours en suspens à date, la commission préconise la mise en place d’un dispositif exceptionnel d’aide au départ en vacances (25) et de dispositifs ciblés sur certains publics (27), la diminution exceptionnelle des tarifs autoroutiers cet été (26) et de dispositifs d’incitation et de soutien à l’investissement renforcés (28). Enfin, les sénateurs font mention d’un programme de relance à définir dans le cadre d’un Conseil national du tourisme dont la mise en oeuvre reviendrait à « un ministre du Tourisme » (29) — un poste qui n’existe plus à l’heure actuelle, la mission étant remplie par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État.

 

Les députés Hervé Saulignac et Boris Vallaud ajoutent que la relance ne pourra être qu’européenne. L’Europe est à la fois un important pourvoyeur de touristes étrangers mais aussi le premier territoire touristique mondial.

Préparer l’après-coronavirus

Pour les parlementaires, une chose est sûre : il faudra tirer des leçons de cette crise. Pour ce faire,  la recommandation n°30 appelle à tirer des leçons « normatives » sur le traitement par les assurances, la garantie des billets émis par les compagnies aériennes, les relations entre les plateformes de réservation en ligne et les professionnels du secteur.

 

Enfin, Hervé Saylignac et Boris Vallaud appellent à considérer les dégâts sociaux que va générer la crise liée au coronavirus. Ils craignent notamment que le taux de Français ne partant pas en vacances augmente cette année et que nombre de restaurants ou d’hôtels ne rouvrent pas leurs portes. Aussi, ils préconisent de déplafonner le montant maximal journalier autorisé pour les chèques déjeuner et titres restaurant jusqu’au 31 mars 2021, de donner accès au dispositif des chèques vacances aux indépendants, artisans et retraités ou encore de favoriser la création d’un « Airbnb à la française ».

=> L’ensemble des recommandations émises par les sénateurs de la commission des affaires économiques sont à lire ici.

Publié par Manon Gayet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Bonjour,
    Le Airbnb à la française existe et il a l’avantage de ne pas tomber dans les travers du modèle US en s’appuyant sur des communautés locales des offreurs qui mettent en récit leur territoire pour en faire un guide de voyages.
    C’est une plate-forme qui s’appelle « Les oiseaux de passage » et qui a choisi d’être une coopérative donc qui appartient à celles et ceux qui l’utilisent.
    La vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=HzPHNhusFos
    La plate-forme :
    https://www.lesoiseauxdepassage.coop/
    Bien cordialement.
    Daniel Lodenet

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *