Avec Ovoyages pour « la Nuit de Fuerteventura à Paris »

En images

220 agents de voyages se sont retrouvés le mardi 18 décembre dans le 15e arrondissement de Paris pour une croisière sur la Seine. Invités par le TO Ôvoyages et ses partenaires, l’OT des îles Canaries et l’OT de Fuerteventura, ils ont passé une soirée caliente, « la nuit de Fuerteventura à Paris ».

Il faisait un froid glacial en ce sombre mardi soir de décembre sur le quai du port de Javel à Paris. Arrivés à bord de la péniche « Le Poséidon », changement de climat ! Accueillis par la chaleur et les sons des percussions d’une batucada, les agents de voyages et partenaires distributeurs et fournisseurs d’Ôvoyages en ont eu aussi plein les yeux. Avant la croisière sur la Seine et tous les monuments de Paris illuminés, quatre sculpturales danseuses (très peu) vêtues dans le style brésilien ont fait monter la température d’un cran.

Dahbia, la commerciale Ôvoyages sur Paris RP, s’est essayée à la chorégraphie et n’a pas démérité par son déhanché.Plus sérieusement, Raouf et Samia Benslimane, le président et la directrice générale d’Ôvoyages, ont remercié les autorités touristiques canariennes et de Fuerteventura d’avoir fait le déplacement à Paris. Les discours du vice-président des Canaries et du directeur de l’OT de « Fuerte »furent l’occasion de rappeler la longue et fructueuse coopération entre le TO français et ces îles espagnoles.

A la place du traditionnel Formatour d’une centaine de vendeurs français parcourant mi-décembre une, deux voire trois îles canariennes, la croisière sur la Seine a permis d’en accueillir 220 pour une fiesta caliente! Au bar à cocktails, les irréductibles du mojito ont ainsi trouvé facilement verre à leur goût, mais c’est le barman qui a bluffé les invités par sa dextérité. Elise (Flash Voyages), qui avait dégainé son smartphone, lui a même demandé de refaire son numéro de jonglerie avec verre et shaker pour envoyer la vidéo à des amis…

A côté, un cireur à l’ancienne faisait briller les chaussures d’un invité perché sur une chaise haute. Et Joseph, le magicien, élargissait le cercle d’admirateurs captés par son bagou et son agilité. A l’arrière du bateau après une dégustation de riz au poulet yassa ou mafé, un trio entonna avec maestria des classiques de soul music. Une dernière animation de cape et d’épée et la péniche était déjà de retour à son port d’attache.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *