Est-il facile de voir les animaux sauvages ?

Australie

La découverte de la faune originale de l’île-continent dans son milieu naturel est l’un des attraits majeurs de la destination, qui compte quelque cinq cents parcs nationaux. L’arche de Noé australienne exerce une véritable fascination. Vedette sans conteste, le marsupial le plus apprécié pour son côté peluche vivante est le koala. On le trouve aujourd’hui dans des réserves aux environs de Melbourne, notamment dans le Koala Conservation Center, dans le parc de Phillip Island, mais aussi à Kangourou Island, au sud d’Adelaïde. L’intérêt de ces réserves (dont l’entrée est en général payante) est d’assurer la rencontre avec des animaux rares comme les ornithorynques, les opossums, les wombats…
Les kangourous et les wallabies, en revanche, tout comme les émeus et les dromadaires sauvages, moins rares, longent souvent les routes et peuvent présenter un danger pour la conduite sur les pistes et les routes de l’outback.
On peut aussi tenter d’apercevoir des crocodiles dans les mangroves et les rivières du Queensland et de ses territoires du nord, mais la chasse peut s’avérer décevante. L’énumération du bestiaire australien mériterait à elle seule un numéro spécial dès lors que l’on s’intéresse également aux reptiles ou aux… araignées. A ne pas rater, dans les environs de Cairns, le «survol» de la rainforest (forêt humide) avec le Skyrail, ainsi que la promenade aménagée et didactique dans la masse végétale où se cache le casoar, cousin tropical et coloré de l’émeu.
La richesse ornithologique de l’Australie est évidemment un attrait. L’oiseau autochtone le plus surprenant, le kookaburra, n’est certes pas l’un des plus beaux, mais il est drôle et peu farouche, au point de venir chaparder dans les assiettes. Pour en avoir plein les yeux, il faut visiter le Kakadu National Park, à partir de Darwin.
Enfin, la faune marine. Toujours dans les environs de Cairns, la Grande Barrière de corail est l’occasion de découvrir en snorkeling l’extrême variété des poissons de récifs. Quant aux amateurs d’émotions fortes, entre fin juillet et octobre, ils trouveront à Eden, au bout de la Nouvelle-Galles du Sud, l’un des plus impressionnants rassemblements de baleines du monde.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *