Dans quelles autres villes les Français apprécieront-ils de réaliser un court séjour ?

Grande-Bretagne

• CARDIFF (328 000 hab.) : la capitale galloise possède au moins deux joyaux : son château au très original mélange de styles architecturaux (fondations romaines, partie normande et manoir victorien à la façon “néo-médiévale”), et son National Museum and Gallery qui héberge notamment l’une des plus importantes collections de tableaux impressionnistes en dehors de Paris. Ancré au cœur de la ville, le stade Millennium témoigne de la passion des Gallois pour le rugby et y assister à un match reste une expérience inoubliable. Après le shopping sous ses passages couverts victoriens, une balade s’impose sur le front de mer du nouveau quartier de Cardiff Bay. Et les distances étant courtes, il serait dommage de ne pas profiter des sites majeurs tout proches : les châteaux de Caerphilly et de Castell Coch, la splendide côte sauvage du Pembrokeshire et les montagnes du parc national de Brecon Beacons. 

• ÉDIMBOURG (453 000 hab.) : classée au patrimoine mondial par l’Unesco, la capitale écossaise dominée par son château du XIVe s. peut à la fois se prévaloir de maisons médiévales et d’un magnifique ensemble de bâtisses georgiennes. Il fait bon se promener le long des boutiques de Princess Street et du Royal Mile pour rejoindre le palais de Holyroodhouse, résidence officielle écossaise de la famille royale. La ville ne manque d’ailleurs pas d’attractions “royales” (joyaux de la Couronne, Queen’s Gallery, le yacht Britannia amarré dans le port) et encore moins de musées, notamment le Museum of Scotland consacré à l’Histoire écossaise. Mais Édimbourg n’est pas pour autant figée dans le passé et ses festivals estivaux (d’arts du spectacle, de jazz & blues, de films) sont de renommée internationale.

• GLASGOW (609 000 hab.) : bien qu’elle possède de belles bâtisses georgiennes et victoriennes, Glasgow offre une approche un peu plus élitiste qu’Édimbourg. Jalonnée d’édifices Art nouveau, cette ville par ailleurs très animée ravira les amateurs d’art qui ne manqueront pas la célèbre Burrell Collection (tableaux de maîtres, tapisseries…) et le musée de l’Art religieux qui expose des objets cultuels du monde entier. En réhabilitant ses anciens quartiers industriels, Glasgow a su insuffler une seconde vie aux rives de la rivière Clyde où l’on trouve désormais quantité d’attractions et de restaurants. Et les curieux ne manqueront pas l’étonnant championnat du monde de cornemuse qui s’y déroule chaque année en juillet.    

• MANCHESTER (874 000 hab.) : de plus en plus en décalage avec son image industrielle, la très moderne “capitale” du nord de l’Angleterre plaira aux audacieux. Riche en restaurants et bars à la mode et en complexes à l’architecture futuriste dédiés au shopping, Manchester est une ville où il est agréable de naviguer d’une ambiance à l’autre au fil de ses quartiers : ses quais réhabilités le long du canal, ses boutiques bohèmes de Northern Quarter, son petit Chinatown… Et contre toute attente, ses musées se révèlent fascinants. De la riche collection d’art du XVIIIe s. au XXe s. de la Manchester Art Gallery au musée des Sciences et de l’Industrie qui nécessite à lui seul une journée (3 hectares !) jusqu’à l’Imperial War Museum qui passe en revue tous les grands conflits du XXe s. , il y en a pour tous les goûts.

• LIVERPOOL (510 000 hab.) : patrie des Beatles, Liverpool traîne une image de port sur le déclin même si elle n’a pourtant pas à rougir de son patrimoine culturel. Elue “capitale européenne de la culture en 2008”, elle s’enorgueillit de deux des plus impressionnantes cathédrales au monde dont l’une construite au XXe s. dans un style purement gothique et de musées importants (collection de peintures européennes à la Walker Art Gallery et d’art moderne à la Tate Gallery). À deux pas de ses fabuleux pubs d’époque victorienne, Liverpool a réhabilité avec succès les entrepôts de ses anciens Albert Docks (boutiques, restaurants, bars, musée maritime…). Et les fans pourront y marcher sur les pas des Beatles (visites guidées, “pèlerinage” à Strawberry Fields et Penny Lane…) ou assister à un match de sa célèbre équipe de foot aux côtés de 40 000 supporters scandant leur célèbre hymne. Et après cela, c’est sûr : “you’ll never walk alone”.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *