En quoi la monarchie britannique est-elle originale ?

Grande-Bretagne

Il ne s’agit évidemment plus d’une monarchie absolue comme celle que la France a connue jusqu’en 1789. On peut même dire que de toutes celles qui existent encore à travers le monde, la monarchie britannique qui est de nature constitutionnelle est celle qui évolua le plus rapidement vers un mode de gouvernement démocratique puisque les pouvoirs du souverain furent progressivement réduits dès le Moyen Âge.
•    Les pouvoirs de la reine : de nos jours, la reine Elisabeth II reste le chef de l’État du Royaume-Uni mais ses pouvoirs sont limités (le Royaume-Uni ne possède pas de Constitution écrite mais ce qu’on appelle des lois fondamentales). Et dans les faits, même si certains actes gouvernementaux nécessitent sa présence, son autorité est symbolique – elle a par exemple beaucoup moins de pouvoir que le chef de l’État français. C’est en effet le gouvernement et ses ministres qui gouvernent au nom de la reine et qui sont responsables devant le Parlement (constitué de la Chambre des lords et de la Chambre des communes). Si la souveraine a officiellement le droit de dissoudre la Chambre des communes, de signer des traités, ou de déclarer la guerre, en pratique ces actes sont accomplis par le gouvernement. Et même si la reine doit donner son assentiment à tout projet de loi avant qu’il ne soit adopté, aucun souverain ne s’est opposé à une loi depuis 1807. Reste que si la reine a un devoir d’impartialité – elle ne peut donner son point de vue sur la politique qu’en privé – elle est informée et consultée sur tous les aspects de la vie du pays lors de son rendez-vous hebdomadaire avec le Premier ministre. Et si elle continue de représenter le Royaume-Uni à travers le monde, c’est aussi elle qui reçoit les chefs d’État étrangers et préside de nombreuses cérémonies officielles.
•    Son rôle au sein du Commonwealth : en tant que chef de cette association de 53 anciennes colonies britanniques devenues des pays indépendants, Elisabeth II est aussi le chef de l’État de certains pays membres comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Canada, mais le pouvoir exécutif est exercé de manière tout à fait indépendante par les institutions de chaque pays.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *