Quels sont les principaux sites touristiques de l’Ecosse ?

Grande-Bretagne

• LE SUD ET L’ÎLE D’ARRAN : cette vaste région située au sud d’Édimbourg et de Glasgow est étonnement variée. Dans les Borders, les abbayes en ruine rappellent que cette zone frontalière fut le théâtre de trois siècles de conflits avec l’Angleterre. Mais de nombreux châteaux sont heureusement restés intacts. À l’ouest, l’habitat se raréfie et le relief devient plus montagneux, tandis que la côte sauvage d’une extrême beauté héberge des jardins étonnement exotiques. Et on pourra aussi larguer les amarres vers la splendide île d’Arran qui offre un condensé de toute l’Écosse. 

Les temps forts : Édimbourg, la capitale écossaise, et Glasgow. Dans la région des Borders on visite le château des Mille et Une nuits de Floors, les élégants manoirs de Paxton House et de Mellerstain au bord de la rivière Tweed, ainsi que Abbotsford House et Traquair House. Au nord-est, Hopetoun House est un des joyaux écossais. Tout comme le château de Culzean posé sur les falaises de la côte Ouest. Au sud de Glasgow, l’ancien centre de filature de coton de New Lanark est aujourd’hui classé au patrimoine mondial par l’Unesco. Montagneuse au nord (874 m), plus douce au sud, l’île d’Arran est un paradis pour randonneurs.

Les autres sites remarquables : dans les Borders, les ruines romantiques de quatre abbayes, l’ancienne forteresse de Smailholm et le sanctuaire ornithologique des falaises de Saint Abb’s Head sur la côte. Non loin d’Édimbourg, le Scottish Seabird Center de North Berwick permet lui aussi d’observer les colonies d’oiseaux à l’aide d’une caméra. À l’ouest, après la route panoramique qui traverse le Galloway Forest Park, on visite les jardins de la pointe Sud-Ouest, mais c’est la péninsule de Mull of Galloway qui renferme le jardin le plus exotique d’Écosse (Logan Botanic Garden). 

Les activités phares : du VTT et de la randonnée dans la Tweed Valley Forest Park et le Galloway Forest Parc, de la pêche au saumon dans la rivière Tweed, une sortie en bateau vers l’îlot rocheux de Bass Rock pour observer les fous de Bassan et du golf.

Y accéder et se rendre sur l’île d’Arran : le port et l’aéroport d’Édimbourg, l’aéroport de Glasgow. Arran est accessible en ferry (55 min) depuis le port d’Ardrossan (à 30 km de Glasgow).

• LE CENTRE ET SES ÎLES : aux portes de Glasgow, cette région marque la transition entre les collines des Lowlands et les montagnes quasi désertes des Highlands. Théâtre des luttes de clans et patrie du héros Rob Roy, c’est assurément l’un des plus beaux coins de Grande-Bretagne. Parcourue par un labyrinthique dédale de lochs (lacs) dont la beauté culmine dans l’unique parc national écossais qui s’étend jusqu’aux fjords des bords de mer, la région des Trossachs est d’ailleurs parmi les plus touristiques d’Écosse. Et c’est aussi depuis sa côte que l’on accède à la dizaine d’îles méridionales des Hébrides intérieures, paradis de la faune.

Les temps forts : le panorama sur les sommets de Glencoe, Stirling et son château médiéval, le parc national des Trossachs et son Loch Lomond qui renferme une trentaine d’îlots, le sommet enneigé du Ben Lomond (974 m), les petits villages (Killin, Kenmore) du Loch Tay, Doune Castle, observer les colonies d’oiseaux des îles Islay et Colonsay, les dauphins et baleines au large de celle de Mull.    

Les autres sites remarquables : la distillerie de Glengoyne, les sites préhistoriques de la péninsule de Kintyre qui s’étire vers le sud et les îles, le centre consacré à Rob Roy à Callander.
   
Les activités phares : du vélo et du canoë au Loch Lomond, balade en bateau sur le Loch Katrine, du jet ski sur le Loch Earn, randonner sur la West Highland Way entre Glasgow et Fort William, du kayak de mer dans les fjords de la côte et du surf sur l’île de Tiree.  

Y accéder et se rendre dans les îles : port et aéroport d’Édimbourg ainsi que celui de Glasgow. Depuis le port d’Oban on accède en car-ferry à la plupart des îles Hébrides intérieures (en 45 min pour Mull, 2 heures pour Colonsay, 2 h 30 pour Coll, 3 h 45 pour Tiree). Depuis Oban, on peut se rendre dans les Hébrides extérieures, au large des Highlands (en 5 heures pour Barra et 7 heures pour South Uist).

• L’EST : appelée à juste titre “le pays des châteaux et du whisky”, c’est la région écossaise la plus riche en sites à visiter. Siège de ses monarques pendant près de 500 ans, le Sud est ponctué de pittoresques villages et ports de pêche, mais à partir d’Aberdeen la côte balayée par le vent glacial venu de l’Antarctique devient plus désolée. Il en va de même pour l’intérieur des terres où les monts Cairngorm sont enneigés durant l’hiver.
 
Les temps forts : les vestiges médiévaux de Saint Andrews, ancienne capitale d’Écosse et berceau du golf. Autour de Perth on visite quelques-uns des plus célèbres châteaux écossais (Glamis, Edzell, Blair et Scone Palace où une quarantaine de rois se sont fait couronner) ainsi que le long de la vallée de la Dee au départ d’Aberdeen (Drum et Crathes Castle, Balmoral, la résidence de la reine en Écosse). Au nord, on découvre la “route du whisky” et ses huit distilleries de la vallée de la Spey ainsi que Braemer à voir pour ses Highlands games. 

Les autres sites remarquables : le charmant village de Falkland et son château, Pitlochry, point de départ idéal pour visiter les châteaux, les musées d’Aberdeen, la ville la plus animée de la côte Ouest et les petites stations balnéaires (Stonehaven, Banf).

Les activités phares : le golf, le ski sur le domaine d’Aviemore l’hiver, randonner sur la Speyside Way (135 km), des circuits à vélo au départ d’Aberdeen, du rafting sur la rivière Tay et la pêche au saumon sur la rivière Dee.   

Y accéder : port et aéroport d’Édimbourg et les aéroports d’Inverness et Aberdeen.

• LES HIGHLANDS ET LES ÎLES DU NORD : il aura suffi d’un “monstre” et de quelques films (Braveheart, Highlander…) pour en faire l’une des destinations les plus célèbres de la planète. Sur place, ses fabuleux paysages de montagnes désolées recouvertes de landes se révèlent à la hauteur des espérances et raviront les amateurs de faune et de grands espaces. Tandis qu’à l’ouest les Hébrides extérieures et au nord les Orcades et les Shetlands sont une invitation à découvrir les dernières régions sauvages d’Europe. 

Les temps forts : les paysages de bout du monde de l’île de Skye reliée par un pont à l’Écosse continentale, observer des baleines et dauphins dans la Moray Firth à côté d’Inverness, le Great Glen et ses 4 lacs parmi lesquels le Loch Ness dominé par le château d’Urqubart, le Ben Nevis, point culminant du pays (1 343 m) auquel on accède en téléphérique et Eilean Donan Castle, le plus photographié de tous les châteaux écossais.
 
Les autres sites remarquables : la “route des îles” qui relie Fort William à l’île de Skye, Ullapool, l’un des plus beaux villages de la côte Ouest, Inverewe Garden, un jardin étonnement exotique pour cette latitude, et Fort William, porte d’entrée vers les magnifiques paysages du Glen Coe. Au large, les vestiges préhistoriques de l’archipel des Orcades (70 îles) sont classés au patrimoine mondial par l’Unesco.  

Les activités phares : une croisière sur le Caledonian Canal qui relie Inverness à Fort William en passant par le Loch Ness, randonner sur la West Highland Way qui relie Fort Williams à l’île de Skye, plonger dans l’eau glacée de Scapa Flow (Orcades) pour admirer les épaves et pêcher (truite et saumon) dans les Orcades. 

Y accéder : aéroport d’Inverness. On accède aux Hébrides extérieures en car-ferry depuis Ullapool en 2 h 45 ainsi qu’en avion depuis Édimbourg et Glasgow. Pour les Orcades, les ferries partent de la pointe nord-est de l’Écosse (1 h 30 de traversée) et pour les Shetlands depuis Aberdeen (5 h30/7 h 30). Ces deux archipels sont reliés par bateau (en 7 h 30) et aussi accessibles par avion depuis Édimbourg, Glasgow et Londres.   

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *