Quelles îles sont proposées par les voyagistes ?

Grèce

Les plus programmées sont celles qui bénéficient de vols charters directs depuis la France l’été, à commencer par la Crète, destination à part entière. Viennent ensuite les îles «stars» des Cyclades, Mykonos et Santorin, puis Corfou et Rhodes où le développement d’hôtels de grande capacité est conséquent. Hormis ces «classiques», le choix varie beaucoup d’une brochure à l’autre, les tour-opérateurs spécialistes étant logiquement ceux qui programment le plus grand nombre d’îles. Voici les principales îles grecques proposées en brochure :

Les Îles Ioniennes
Situé le long de la côte grecque occidentale, cet archipel constitué de sept îles principales se caractérise par son climat humide (en dehors de l’été), d’où une végétation abondante, et par une architecture qui n’est pas s’en rappeler l’Italie, témoignage de quatre siècles de présence vénitienne. Largement programmée par les voyagistes européens, Corfou passe pour être l’une des plus belles îles grecques avec sa capitale aux imposantes forteresses, ses jardins fleuris, ses routes côtières scéniques, entre mer et montagne, et ses jolies plages. Quoique très touristique l’été, ses principales stations balnéaires alternent avec des lieux de séjour plus paisibles. Corfou est aussi un bon point de départ pour visiter l’Epire et on peut facilement se rendre sur l’île voisine de Paxi. Plus au sud, Céphalonie, la plus grande des îles Ioniennes, Ithaque, la plus tranquille, et Zante, dont la beauté des plages en fait l’une des plus fréquentées avec Corfou, se prêtent bien à un combiné d’îles ou à un saut de puce depuis le Péloponnèse.

Le Dodécanèse
Proche des côtes turques, ce groupe de douze îles principales se prête bien à un combiné inter-îles, mais la distance qui les sépare d’Athènes en bateau (au moins 10 heures de traversée) fait qu’on privilégiera l’avion pour s’y rendre (vol direct France-Rhodes ou vol intérieur). Ponctuées de nombreuses plages et dotées d’une grande richesse archéologique due à leur histoire mouvementée, les îles du Dodécanèse possèdent chacune leurs particularités. C’est avec plaisir que l’on troquera l’animation et la vie festive des stations balnéaires de Rhodes et de Kós (qui ont sans doute moins de charme que leurs voisines cycladiques, mais qui sont d’excellentes alternatives à la Crète) pour la vie calme et simple de Patmos, Karpathos, Tilos, des havres de tranquillité dotés de plages de rêve. Du fait de la douceur de son climat, Rhodes est une île qu’il fait bon visiter en dehors de la saison estivale. De là, on peut facilement se rendre à la journée sur Symi.
 
Les îles du nord-est de la mer Égée
Eparpillées dans les eaux du nord de la mer Egée, certaines à quelques encablures seulement de la Turquie (Samos, Chios), cet ensemble d’îles plutôt imposantes se prête assez peu à un combiné d’îles. Du fait de leur relatif éloignement d’Athènes, elles sont peu programmées par les voyagistes. Toutefois, leur nature préservée et leur cadre de vie resté à l’écart des grands flux touristiques les classent parmi les îles les plus intéressantes pour ceux qui privilégient la découverte. Chios, l’île la plus facilement accessible depuis Athènes en bateau rapide (6h30), offre de belles perspectives de balades pour admirer ses villages médiévaux fortifiés. Troisième île grecque par sa taille, Lesbos est un paradis pour les randonneurs au printemps ou à l’automne. Quant à Samos, elle a tout pour séduire avec ses jolis ports, ses belles plages et ses sites culturels.

Les Sporades
Situées au nord de l’île d’Eubée, les quatre petites îles des Sporades sont de parfaits lieux de séjour, à découvrir de préférence au printemps et en septembre, en dehors de l’affluence estivale. Île aux criques et plages innombrables, Skiathos est la plus facile d’accès depuis le continent et donc la plus fréquentée, tandis que sa voisine, Skopélos, où les plages de sable sont plus rares, présente une saisissante profusion d’églises. Classée réserve maritime et zone de protection des phoques moines, la paisible Alonissos se prête bien à la randonnée.

Eubée (Evia)
La seconde plus grande île grecque (175 km de long) pâtit à n’en pas douter de sa proximité avec Athènes (à 1h de route via un pont). De fait, si elle est prisée par les Athéniens, Eubée reste assez peu fréquentée par les touristes étrangers. Principalement programmée par le biais de séjours dans les hôtels-clubs de sa station balnéaire d’Eretria, elle plaira à ceux qui souhaitent allier farniente et découverte (routes de montagnes, sympathiques villages de bord de mer). L’île est aussi une excellente destination pour les randonneurs.

Les Cyclades
Maisons blanchies à la chaux devant lesquelles des chats sommeillent à l’ombre, villages typiques accrochés à flanc de montagne, ports pittoresques où l’on mange presque les pieds dans l’eau… Si ces 56 îles de toutes tailles éparpillées en mer Egée sont les plus fréquentées en Grèce, c’est qu’elles incarnent la destination rêvée. Toutefois, on ne saurait trop conseiller de porter un soin particulier au choix de sa destination tant les Cyclades offrent une multitude d’ambiances de vacances différentes.
Unique, Santorin est incontournable mais chère l’été. Ceux qui n’ont pas le budget pour séjourner dans l’un de ses fameux hôtels avec vue sur la caldeira peuvent tout aussi bien faire l’aller-retour depuis une autre île, l’arrivée par la mer étant l’un des temps forts d’un séjour sur l’île.
Mykonos est une île où la fête bat son plein tout l’été. Ses plages sont certes parmi les plus belles des Cyclades, mais le bruit et l’animation constante qui dénaturent son cadre traditionnel peuvent agacer et faire fuir ceux qui aspirent à des vacances tranquilles. De fait, d’autres îles moins connues n’en sont pas moins remarquables. Excellente étape pour rayonner dans les îles alentours, Paros offre par ailleurs tous les ingrédients pour des vacances réussies : de l’animation juste ce qu’il faut ; un joli petit port de pêche (Naoussa) où les hébergements sont à 5 minutes de la plage ; des routes de montagne ponctuées de villages qui sont matière à de belles excursions. Sa voisine, Naxos, possède de superbes plages et quantité de chemins muletiers pour la randonnée. Milos comblera les amateurs de sites antiques tout en proposant de très belles plages. Quant à Folégandros, Amorgos et Kythnos, elles possèdent encore ce charme atemporel qui a fait la réputation des Cyclades.

Les îles du golfe Saronique
Situées entre Athènes et l’Argolide (Péloponnèse), Egine, Poros, Hydra et Spetses sont les îles les plus faciles d’accès depuis le port du Pirée (entre 40 min. et 2 heures en bateau rapide). Elles font donc tout naturellement l’objet d’une «classique» excursion à la journée depuis Athènes, qu’il ne faut pas manquer si l’on n’a pas prévu de se rendre sur d’autres îles. L’été, on peut également prévoir leur visite dans le cadre d’un autotour « à la carte » dans le Péloponnèse, en faisant par exemple étape à Nauplie ou à Tolo (points de départ d’excursions à la journée vers ces îles) ou depuis Ermioni et Porto Heli (navettes en bateau).

La Crète
A force d’envisager la Crète uniquement pour ses plages, on en oublierait que la plus vaste des îles grecques est aussi la plus variée, tant au niveau de ses attraits naturels et culturels qu’en termes d’activités et d’excursions (voir question 12). Riche de deux cités antiques majeures : le palais de Cnossos et celui de Phaestos, dont les plus belles pièces sont exposées au Musée archéologique d’Héraklion, la Crète déploie aussi deux magnifiques ports vénitiens (La Chanée et Réthymnon), des villages de montagne traditionnels et un site naturel remarquable (les gorges de Samaria). Qu’ils optent pour les hôtels balnéaires de la côte nord ou pour un hébergement plus traditionnel à l’intérieur des terres, les voyageurs curieux en reviendront ravis.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *