Quels sont les atouts de la destination ?

La République Dominicaine

• Plus de 300 km de plages pour poser sa serviette. 
• Une biodiversité exceptionnelle : 17 parcs nationaux, 7 réserves naturelles et 35 réserves scientifiques protégent une faune et une flore remarquables.
• Une infrastructure hôtelière de qualité : des hôtels de charme aux somptueux resorts en passant par les clubs de vacances.
• De très beaux vestiges qui témoignent de son Histoire.
• Une multiplicité d’expériences golfiques : destination Golf de renommée mondiale, plus de 30 terrains de golf sont répartis sur l’île.
• De nombreuses activités sportives : du plus cool au plus extrême, ici, le sport se décline version aquatique, aérienne ou terrestre.
• Son art de vivre : merengue et bachata, rhum et cigares,
sancocho et bière Presidente, fêtes religieuses et Carnaval… rythmés par un seul mot d’ordre : La Fiesta !

La Côte Nord ou Côte de l’Ambre

Baigné par l’Atlantique et protégé par la montagne, le littoral nord est ponctué de villes et de villages, de plages et de criques sauvages. L’un des plus grands gisements d’ambre du monde a donné son nom à cette côte. Puerto Plata aligne de belles demeures victoriennes et une symphonie de couleurs pastel. Une visite au musée de l’ambre s’impose. 15 km à l’est, Sosua et sa merveilleuse plage en anse vous plonge dans les années 50, le musée juif raconte l’histoire de cette localité. Plus loin se trouve le spot de rencontres des accros de planche à voile, surf et autres sports de glisse aquatique : Cabarete, sa baie et l’amplitude de ses vagues. Ici, dans la journée, l’atmosphère est sportive, et le soir, place à la fête. Au sommet du parc national Isabel de Torres, l’imposante statue du Christ Rédempteur veille sur la région. Pour profiter de la vue panoramique il faut prendre le téléphérique. Autre parc, Ocean World à Cofresi, permet de nager avec les dauphins, d’admirer des poissons multicolores et de s’aventurer dans une jungle tropicale peuplée d’animaux exotiques.

La Côte Nord-Est

La Péninsule de Samana abrite chaque année dans sa baie la saison des amours de centaines de baleines à bosse. Les jeux de séduction de ces gros cétacés s’observent de fin décembre à mi-mars. Plages de sable blanc, végétation luxuriante et villages charmants composent le paysage. La localité de Samana est adossée à des collines gorgées de palmiers. Las Terrenas est une véritable petite colonie européenne où l’on retrouve pas mal de français. Sanchez se démarque par ses bâtisses de style victorien et à l’extrémité de la péninsule Las Galeras trace un large U de sable immaculé ourlé de palmiers, cadre idéal pour un voyage en amoureux. Dans le Golfe, 3 petites îles sont accessibles par un pont. L’îlot paradisiaque de Cayo Levantado  se rejoint en 15 mn de navigation. Au sud de la péninsule se trouve le parc national Los Haïtises. Un sanctuaire naturel qui s’apprécie mieux en bateau au départ de la Baie de San Lorenzo et regroupe mogotes (formations karstiques), mangroves, grottes ornées de dessins rupestres précolombiens, riche forêt tropicale, oiseaux multicolores et lamantins. Dans la Sierra de Samana, au nord, on peut se baigner sous la Cascade Salto del Limon, haute de 40 m , après l’avoir atteinte à pieds ou à cheval.

La Côte Sud

Saint-Domingue (Santo Domingo), la capitale dominicaine, témoigne de son passé de Première cité européenne du Nouveau Monde, dans la Zona Colonial, classée Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Au gré des rues pavées on découvre des édifices comme la première cathédrale des Amériques ou la Forteresse Ozama. Les façades XVIème siècle des maisons coloniales protégent désormais des hôtels de charme, des cafés animés et des petits restaurants. Cette zone regroupe aussi tous les musées plaza de la Cultura. A l’est de la ville se dresse El Faro a Colon, (le Phare de Colomb), le mausolée où repose les restes de Christophe Colomb. Le Malecon, front de mer long de plusieurs kilomètres, est jalonné de restaurants et night-clubs. Dans la capitale, la vie bat son plein, de jour comme de nuit y compris autour des tapis verts des casinos. Côté nature, toutes les espèces connues de la flore dominicaine se découvrent au Jardin Botanique National tandis que le Zoo et l’Aquarium vous donnent un aperçu de la faune. Le parc Mirador del Este dévoile l’immense grotte Los Tres Ojos et ses 3 étangs. A 30 km de Saint-Domingue, Boca Chica, premier village à s’ouvrir au tourisme dans les années 50, attire toujours du monde sur sa plage mouillée d’une eau translucide et peu profonde tout comme Juan Dolio un peu plus loin.


La Côte Sud-Est

Les complexes hôteliers les plus luxueux sont installés dans cette partie de l’île où parcours de golf spectaculaires et spas somptueux foisonnent. Le paysage est une succession de plages époustouflantes, format cartes postale pour La Romana et Bayahibe, format panoramique pour la côte des Cocotiers, de Punta Cana à Bavaro.
La Romana accueille le sublime et gigantesque complexe hôtelier Casa de Campo connu dans le milieu golfique international pour ses 3 parcours 18 trous conçus par Pete Dye dont le fameux Teeth of the Dog (dents du chien) classé parmi les cent plus beaux golfs du monde.
A quelques kilomètres, la Grotte des Merveilles est l’un des sites majeurs témoignant de l’art rupestre des indiens Taïnos.
De Bayahibe on peut rejoindre les îles Catalina (spot de plongée) et Saona (sanctuaire des oiseaux migrateurs) ou le village d’artistes Altos de Chavon, réplique exacte d’un village du XVIème siècle doté d’un sublime amphithéâtre et d’un musée archéologique. Entre Bayahibe et Boca Chica le Parc National de l’Est (qui inclut l’île Saona) concentre de nombreuses grottes, 112 espèces d’oiseaux, l’iguane rhinocéros et diverses espèces de tortue. Le Manati Park et le Marinium à Punta Cana permettent de nager au milieu des dauphins et des raies manta.

La Côte Sud-Ouest

La nature prodigieuse de cette région est l’une des plus protégées du pays. Près de la frontière avec Haïti, le lac salé Enriquillo (- 44m sous le niveau de la mer) forme avec l’île Cabritos un parc national où vivent des flamands roses, des énormes iguanes et des crocodiles américains. La végétation abondante de la Sierra de Bahoruco contraste avec les champs de cactus de la plage de Bahia de las Aguilas (autre parc national) où les tortues viennent pondre chaque année. A l’ouest de Barahona, ville sucrière, déroulant ses plantations de cannes à perte de vue, entre Cabral et Polo, se trouve le Polo Magnetico. Une route où les choses semblent rouler en remontant la côte. La lagune d’Oviedo et le plus ancien village indigène (-2590 av JC) se découvrent dans le parc national Jaragua reconnu pour la rareté et la diversité de son avifaune.

Le Centre

Cernée par 3 cordillères, la région de Cibao est au cœur du pays.
3 villes symbolisent cette terre fertile : Moca pour le café, La Vega pour le sucre et Santiago, seconde ville de l’île et haut lieu de la culture du tabac. Dans cette dernière, les attractions ne manquent pas avec entre autres 100 bars, 200 restaurants, un golf au nom évocateur «Las Aromas» et un musée du Cigare qui rappelle que la République Dominicaine en est le 1er producteur mondial. 
Les parcs nationaux Armando Bermúdez et José del Carmen Ramírez se partagent les deux versants du pico Duarte (3087 m). C’est ici que naissent les principaux fleuves qui
irriguent la vallée de San Juan et que les 12 rivières les plus importantes du pays prennent leur source.
Rendez-vous idéal des amateurs de canyoning, rafting, VTT et randonnées ainsi que des passionnés d’écotourisme car même les petites auberges de la région organisent de jolies excursions.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *