Pourquoi les villes d’eau sont-elles renommées ?

La République Tchèque

Remontant au XVème siècle, la tradition du thermalisme en République tchèque est indissociable de son patrimoine. Le pays compte plus de trois mille sources d’eau minérale utilisées à des fins curatives depuis plus de 600 ans. Si l’eau, les techniques thérapeutiques de pointe et le suivi très professionnel des médecins et du personnel médical fournissent des traitements très efficaces pour la santé, le thermalisme, aujourd’hui, peut être tout simplement source de bien-être, de relaxation, de beauté et de remise en forme. 36 stations thermales prodiguent des soins de haut niveau faisant de la République tchèque une référence mondiale en la matière. Le séjour du curiste est ponctué de multiples distractions (sociales, culturelles et sportives) dont il doit abuser pour que le traitement soit complet. En Bohême de l’Ouest, trois des villes d’eaux les plus importantes composent le « Triangle thermal ».
Célèbre dans le monde entier, Karlovy Vary (Carlsbad) est la plus grande de ces stations. Selon la légende, la première source aurait été découverte en 1358 par le roi Charles IV lors d’une partie de chasse à courre où l’un de ses chiens se serait ébouillanté. Le premier bâtiment thermal public fut construit en 1711 et prit le nom de Thermes du Moulin. La ville devint le centre d’une vie mondaine où se croisaient nobles, aristocrates et têtes couronnées. Le tsar Pierre le Grand, Chateaubriand, Brahms, Bonaparte et Freud comptent au nombre des hôtes célèbres. Aujourd’hui les curistes profitent des bienfaits de 12 sources d’eaux chaudes couplées à des techniques thérapeutiques de pointe. La plus importante est celle de Vridlo (73,4°C) jaillissant de 2 000 m de profondeur à 12 mètres de hauteur, tellement minérale qu’elle peut, en quelques jours calcifier une rose. Karlovy Vary est particulièrement spécialisée dans le traitement des maladies de l’appareil digestif (y compris chez les enfants et les adolescents) et certains troubles du métabolisme (diabète, surpoids…). La station baignée par la rivière Tepla est très agréable à découvrir. Le centre, presque entièrement piétonnier, compte de nombreux parcs et de superbes colonnades. En juillet, le Festival International du Film accueille de nombreuses personnalités donnant lieu à des fêtes éclatantes au Grand Hôtel Pupp, le palace cinq étoiles le plus réputé de la ville.

Surnommée la « Perle des stations thermales », Marianske Lazne (Marienbad) bénéficie d’un emplacement exceptionnel, à 603 m d’altitude, nichée au fond d’une vallée ouverte au sud et protégée sur ses côtés par les sommets boisés de la forêt de Slavkov. En 1805, le docteur Jan Josef Nehr entama la construction du premier établissement de cure avec le soutien financier du monastère de Tepla, propriétaire des terres. La station ouvrit ses portes en 1808 et devint très vite le lieu le plus couru d’Europe pour son air pur, son environnement naturel, son élégance architecturale, sa vie culturelle et ses sources bénéfiques. Wagner, Chopin, Kipling, le Shah de Perse et le roi Édouard VII comptent parmi les curistes célèbres. Aujourd’hui encore, la station dégage un charme incroyable de façades colorées en beaux  parcs, des pavillons de source à sa superbe colonnade. C’est dans ce cadre chargé de sérénité que 40 sources d’eaux hydrocarbonées, riches en calcium, magnésium, fer, soufre et sodium, servent à la préparation des bains, des inhalations et des cures de boisson. Les soins utilisent aussi la boue minérale et le gaz carbonique naturel contenu dans l’eau de la source Marie, celle dont la station tire son nom. Les traitements concernent affections rénales et pulmonaires, maladies des voies urinaires et respiratoires et défaillances du métabolisme. Ils sont dispensés dans les hôtels thermaux dont le plus grand est le Nove Lazne (Les Nouveaux Bains). Outre 98 chambres, 8 suites, un restaurant, un lobby-bar et un café, il propose une gamme de séjours allant de la cure thermale classique aux programmes dédiés à la relaxation. Toute l’infrastructure est sur place à commencer par un cabinet de consultation de médecins spécialistes. Le Royal Spa Centre regroupe les cabines de traitement, le complexe d’hydrothérapie des Bains Romains, l’Emporium Wellness & Beauty dédié à la relaxation et l’exclusivité suprême du Nove Lazne : le bain minéral dans la somptueuse  « cabine royale » utilisée par le roi Edouard VII lors de ses séjours.

Située à 450 m d’altitude et entourée de bois, Frantiskovy Lazne (Franzenbad), la plus petite ville thermale du « triangle », fut fondée en 1793 à l’initiative du docteur Bernhard Adler. Elle doit son succès à ses abondants gisements de boue minérale sulfuro-ferrugineuse et à ses 22 sources, des eaux gazeuses fortement alcalines, utilisées en bains, inhalations et cures de boisson pour traiter les troubles de la circulation sanguine, les maladies cardio-vasculaires, les affections gynécologiques et surtout les problèmes de fertilité. Le centre de la ville est constitué d’une large promenade où s’admire l’architecture thermale typique du XIXème siècle. Parcs, édifices Empire, pavillons de style et colonnades forment une unité harmonieuse dominée de jaune et de blanc.

En 1906, la station thermale de Jachymov fut la première à prodiguer des soins au radon. La ville minière fut créée en 1516 sur des gisements d’argent au pied des monts Métallifères. Au XIXème siècle, le principal minerai exploité était l’uranium. La découverte de la technique d’isolation du radium présent dans ce minerai par Marie et Pierre Curie donna une nouvelle impulsion de développement. La radioactivité des eaux de la mine Werner commença à être utilisée pour des traitements médicaux. Aujourd’hui, ce sont les eaux fournies par la mine Svornost qui servent à traiter maladies du système locomoteur, affections neurologiques et défaillances du métabolisme. La cure consiste en prises de bains. Les eaux ont une température de 28°C et une haute teneur en béryllium, césium, titane, tantale, bismuth et bien sûr en radon. L’effet curatif est dû à ce gaz chimiquement inerte dégagé par l’uranium. Son utilisation répétée à faible dose contribue à stimuler la régénération des tissus, la sécrétion de cortisol et d’endorphine (la fameuse hormone du bonheur). Elle active aussi  le système immunitaire. Voilà pourquoi les bains au radon sont si bénéfiques.

Dans la ville de Chodova Plana, la brasserie familiale Chodovar a créé en 2006 le premier établissement de cure à base de bière brune. Le traitement consiste essentiellement en séances de bain de 20 mn (accompagnée d’une chope de bière blonde à déguster durant la macération) et peut être complété par des enveloppements de malt et des massages. La baignoire est remplie d’une composition de deux eaux à 34°C, de levure, de houblon écrasé, d’herbes et de bière brune Chodovar, brassée dans le village. Selon le directeur de l’établissement, c’est excellent pour la santé, très bon pour les articulations, les muscles et le système immunitaire. Par ailleurs, le houblon écrasé, peut aider à soigner l’acné (utilisé en peeling), à faire disparaître les pellicules et la cellulite. La bière est aussi la composante principale des produits de beauté à acquérir sur place. (www.chodovar.cz)

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *