Qu’est-ce que l’Acadie ?

Le Canada Acadien : Nouvelle-Ecosse, Nouveau Brunswick

Ne cherchez pas l’Acadie sur une carte, vous ne trouverez pas. L’Acadie n’existe pas, ou plus exactement, elle n’existe plus. Les colons français l’ont fondée en 1604 sur une île située entre le Nouveau-Brunswick et le Maine (E.-U.), créant ainsi la première colonie française d’Amérique du Nord. Des fermiers Français y construisent des digues, assèchent les marais et les transforment en terres agricoles. Mais, embarqués  contre leur grès dans une guerre franco-anglaise, ils subissent à partir de 1749 "le Grand Dérangement" qui culmine en 1755 : les familles sont parfois séparées, leurs biens confisqués, les fermes et récoltes brûlées. Ils sont déportés par les Anglais dans différents endroits, principalement dans les colonies britanniques de la Nouvelle-Angleterre (côte est des Etats-Unis).  Certains sont déportés jusqu’en Angleterre et sont faits prisonniers ; d’autres sont ramenés en France. Durant ces périples en mer, plusieurs Acadiens périssent.  Parmi ceux ramenés en Europe, certains ce sont établis en France, notamment en Poitou-Charentes (à Archigny et Chatellerault), à Nantes, sur Belle-Ile-en-Mer ou sur les côtes de la Bretagne. D’autres n’ont pas réussi à s’adapter au mode de vie européen et sont revenus s’installer en Amérique du Nord, plus précisément dans l’État de la Louisiane. D’autres ont réussi à s’échapper, cherchant refuge notamment au Québec ou sur une terre voisine qui deviendra plus tard le Nouveau-Brunswick. On compte aujourd’hui quelque 3 millions d’Acadiens  dans le monde (diaspora acadienne)  : plus d’un million vivent en Louisiane (ont les nomme les Cajuns), 8 000 sur l’Ile-du-Prince-Édouard, 45 000 en Nouvelle-Écosse… Mais c’est incontestablement au Nouveau-Brunswick que les 250 000 Acadiens qui y vivent aujourd’hui font le plus entendre leur voix. De fait, on appelle aujourd’hui "Péninsule acadienne", toute la partie nord-est du Nouveau-Brunswick.

Publié par Didier San Martin
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *