Y parle-t-on français ? Comment y est-on accueilli ?

Le Canada Acadien : Nouvelle-Ecosse, Nouveau Brunswick

Dans certains coins de l’Acadie, on parle sans doute bien plus français… qu’en France ! Parce que là-bas, on ne connaît ni les week-ends, ni le shopping, mais les fins de semaine et le magasinage… En fait, le Canada possède deux langues officielles : l’anglais et le français. Et dans tous les organismes dépendant de l’administration fédérale, le personnel est tenu d’accueillir les visiteurs dans la langue de leur choix. Ceci est donc valable aussi pour la Nouvelle-Écosse. Mais le Nouveau-Brunswick a voulu aller bien au-delà puisqu’elle est la seule province du Canada à avoir intégré le bilinguisme français anglais dans sa constitution.
Sur la côte nord-est du Nouveau-Brunswick, les drapeaux bleu blanc rouge flottent sur la plupart des maisons.
Un drapeau identique à celui de la France, à la petite exception près qu’il est flanqué d’une étoile en or, qui symbolise la vierge Marie.
L’accueil y est purement époustouflant. Comme les hivers sont rudes et que la population y est finalement peu nombreuse, on s’est vite rendu compte, là-bas, que la vraie richesse, c’est l’homme. En arrivant en Acadie, avec son climat rigoureux et, à l’époque, sa nourriture peu variée, les premiers pionniers avaient peur d’avoir la nostalgie de l’Europe. Alors, Samuel de Champlain a créé l’"Ordre de Bon temps". Son but : savoir aussi s’amuser et bien manger. Il semble que cette façon de vivre soit à jamais inscrite dans la culture acadienne.
Le verbe y est haut et le violon joyeux. Alors, comme disent les Acadiens, "Vn’ez nous ouère !".

Publié par Didier San Martin
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *