Quel est l’intérêt d’un séjour dans la partie nord de l’Egypte ?

L'Egypte

Tout d’abord, la proximité depuis la France et l’accessibilité : l’aéroport de Marsa Matrouh, situé à 60 km à l’ouest d’Alexandrie, a rouvert ses portes en tant qu’aéroport international après sa rénovation en mars dernier. Tous les équipements de sécurité, les terminaux et les douanes répondent à des normes internationales. Un autre aéroport, à El-Alamein, est opérationnel depuis mars 2005. Si aucun vol n’est pour l’instant prévu depuis la France à destination de ces deux aéroports, l’infrastructure est là, prête à accueillir de nouvelles lignes. Le parc hôtelier s’étoffe autour de Marsa Matrouh : un nouvel hôtel, l’Almaza Beach Resort (4*), a ouvert en mai dernier à 30 km de la station balnéaire, avec pas moins de six piscines chauffées, un centre commercial et un centre de fitness. Cette ouverture d’hôtel est la première des cinq prévues dans le plan de développement touristique de la côte méditerranéenne, engagé par TUI (qui vise, dans un premier temps, la clientèle britannique et allemande et, dans un second temps, la clientèle française) et son partenaire égyptien sur cinq ans. Quatre nouveaux hôtels devraient donc ouvrir dans les quatre années à venir à l’est de Marsa Matrouh, avec une capacité totale d’accueil de 1 800 chambres, un terrain de golf, une marina et une station thermale.
L’aéroport international d’El-Alamein, à 104 km à l’ouest d’Alexandrie, dessert, lui, le littoral nord et notamment le complexe balnéaire de Sidi Abdel Rahman, et les oasis, dont celle de Siwa. Cette région, qui bénéficie d’un climat agréable toute l’année (de 19 à 34 °C de mars à octobre) est un point de départ idéal pour visiter Alexandrie, faire un safari dans le désert (via les oasis) ou profiter des sports nautiques. La plongée s’y développe de plus en plus, en raison de la présence d’épaves datant de l’époque d’Alexandre.
Plus largement, l’Egypte a décidé de donner une nouvelle envergure touristique à ses 430 km de côtes méditerranéennes, qui s’étendent de la ville d’Alexandrie et la frontière libyenne, et de mettre en valeur le patrimoine archéologique et historique de cette partie du pays.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *