Quelle(s) partie(s) de l’Egypte privilégier pour un voyage culturel ?

L'Egypte

Tous les sites le long de la vallée du Nil, du Caire à Louxor (les deux rives) et de Louxor à Assouan et Abou Simbel. On passe en revue quelques millénaires d’histoire égyptienne et des civilisations qui ont marqué l’humanité… Des trois époques pharaoniques – appelées Ancien Empire, Moyen Empire et Nouvel Empire – couvrant les dynasties des pharaons jusqu’à l’invasion de l’Egypte par Alexandre le Grand. De l’époque romaine et byzantine jusqu’à la conquête arabe et la succession au pouvoir des Fatimides, de Saladin et des Mamelouks. De l’invasion ottomane à l’accession au pouvoir de Méhémet-Ali (ou Mohammed Ali), en passant par l’expédition d’Egypte de Napoléon, qui marque le début de l’égyptologie, avec la découverte des premiers tombeaux et temples par des archéologues français (dont le plus illustre, Auguste Mariette, est enterré dans le jardin du musée du Caire). De la dynastie des Khédives, dont le dernier et le plus célèbre, le roi Farouk, à l’actuel président Hosni Moubarak, en passant par l’incontournable Nasser, c’est un véritable cours d’histoire à ciel ouvert que l’on assiste en voyageant à travers ce pays. Si l’ensemble du plateau de Gizeh (appelé aussi Giza), qui regroupe les trois pyramides de Kheops (la plus haute), de Khephren et de Mykérinos, ainsi que le Sphinx, est considéré à juste titre comme une des « sept merveilles du monde », la pyramide à degrés de Djoser, à Saqqara, et surtout le complexe funéraire qui l’entoure, et les mastabas de la nécropole, sont tout aussi intéressants et spectaculaires.
Dans la vallée du Nil, en Haute-Egypte, la nécropole thébaine, sur la rive occidentale de Louxor, offre des trésors archéologiques : les tombeaux de la Vallée des Rois, dont le plus célèbre, celui de Toutankhamon, a été vidé de ses trésors, conservés au musée du Caire ; le temple de la reine Hatchepsout (Deir el-Bahari en arabe), entièrement restauré ; la Vallée des Reines, avec la tombe de Néfertari ; la Vallée des Nobles ; et enfin la Vallée des Artistes (Deir el-Médineh), pour avoir un aperçu de l’architecture funéraire à l’époque pharaonique. Sur la rive orientale, le temple de Karnak, superbement mis en valeur par un « son et lumière », et celui de Louxor, plus en centre-ville, sont autant de sites à inclure dans un voyage culturel.
Pour terminer, Assouan au charme indescriptible, entre les dunes de sable et les felouques traditionnelles sur le Nil, avec sa succession d’îles et de villages nubiens, ainsi que son musée de la Nubie, est aussi le point de départ pour visiter les temples de Philae, sauvé des eaux entre 1972 et 1980, et d’Abou Simbel, qui fut démonté pour échapper à la montée des eaux, après la construction du grand barrage de Nasser, et reconstruit, sous l’égide de l’Unesco, entre 1960 et 1968.
Le musée archéologique du Caire permet d’admirer tous les trésors antiques, peintures murales, statues, bas-reliefs, objets, masques, momies et sarcophages, qui ont été retrouvés dans les temples et tombeaux d’Egypte. Ceux de Louxor et d’Assouan (qui retrace l’histoire de la Nubie) peuvent être complémentaires de la visite du Caire.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *