Quels sont les principaux sites touristiques des Etats du Yucatán et de Campeche ?

Mexique

LES VESTIGES MAYAS :
L’architecture maya compte parmi les chefs-d’œuvre du patrimoine bâti mexicain. Si on en trouve d’autres exemples au Mexique, c’est dans les Etats du Yucatan et de Campeche que se situent les sites les plus célèbres avec des cités-Etats précolombiennes pratiquement intactes.

• Chichen Itza : Etat du Yucatan, à 122 km de Mérida (1 h 45) et à 202 km de Cancun (2 h 30).
  Très étendu (300 hectares), le plus célèbre site  maya du Mexique est aussi le mieux restauré. Fondée au Xe siècle, Chichen Itza fut la dernière grande capitale du monde maya entre le XIe et le XIIIe siècles. On visite aujourd’hui son temple-pyramide vertigineux à neuf terrasses, ses temples, son terrain de jeu de balles et le cenote où étaient effectués des sacrifices humains. 

• Uxmal : Etat du Yucatan, à 80 km de Mérida (1 h 30).
Point de départ de la “Route Puuc”, ce superbe site est l’exemple le mieux conservé du style architectural Puuc (VIIIe-IXe s.), caractérisé par l’abondance de mosaïques en relief et des édifices allongés. On y admire également deux pyramides.

• Ek’Balam : Etat du Yucatan, à 17 km de Valladolid.
Ce vaste site encore à demi-enfoui sous la végétation est l’un des plus fascinants du Yucatán, notamment pour son immense pyramide au sommet de laquelle on aperçoit celle de Chichen Itza.

• Mayapan : Etat du Yucatan, à 50 km de Mérida.
L’ultime capitale maya présente aujourd’hui un vaste ensemble de ruines peu restaurées et impressionne surtout par sa pyramide qui rappelle celle de Chichen Itza.

• La “Route Puuc” : Etat du Yucatan, une boucle d’environ 120 kilomètres autour d’Uxmal.
  Egalement réalisable en effectuant une excursion à partir de Mérida, la “Route Puuc” (Ruta Puuc) permet de découvrir des sites mayas représentatifs du style architectural Puuc, caractérisé par le raffinement de ses ornementations : Kabah et ses fresques murales aux 300 masques, Sayil, Xlapak et Labna (un site superbe où on a encore l’impression d’être un pionnier), avant de finir par les grottes de Loltun aux allures de labyrinthe, typiques de l’immense réseau hydrographique souterrain de la péninsule du Yucatán.

• La route “Río Bec” : Etat de Campeche, à 150 km d’Escárcega et 120 km de Chetumal. Hébergement à Xpuhil (à 6 h de Campeche).
Cette région encore peu touristique, située à l’extrême sud de l’Etat de Campeche, est jalonnée de sites mayas qui appartiennent au style architectural Río Bec. Celui-ci se caractérise par une profusion d’ornementations en trompe-l’œil et par des temples dont les portes sont matérialisées par la gueule de monstres géants. La découverte du groupe de Río Bec se révèle d’autant plus passionnante que ses sites sont encore enfouis dans la forêt tropicale dense de la région et qu’une large partie reste inexplorée. Le site le plus célèbre de ce groupe, Calakmul, occupe 70 km2 et impressionne par le gigantisme de ses deux pyramides. Xpuhil, Becán, Chicanná et Balamkú sont les autres sites facilement accessibles de cette région.

• Edzná : Etat de Campeche, à 61 km de Campeche (1 heure).
Site maya le plus facile d’accès depuis Campeche, Edzná se caractérise par un impressionnant centre cérémoniel de 17 km2 sur lequel s’élève une pyramide à cinq niveaux. L’ensemble offre un bon exemple de ce que pouvait être l’organisation urbaine maya.

LES VILLES COLONIALES :
De trois siècles de domination coloniale espagnole, le Yucatán et le Campeche ont conservé quelques charmantes villes aux demeures élégantes agencées autour de parcs et de places ornées de fontaines. Si la péninsule ne présente pas les plus admirables ensembles d’architecture coloniale du pays, elle offre néanmoins de très beaux exemples de l’architecture urbaine et religieuse de l’époque.

• Mérida : à 4h de Cancun.
surnommée la “ville blanche” et fondée par les Espagnols en 1542, la capitale de l’Etat du Yucatán est aujourd’hui la ville la plus animée (600000 habitants) de l’intérieur de la péninsule. Le centre historique a conservé ses rues étroites et ses demeures élégantes aux fenêtres en fer forgé. Dominée par sa cathédrale du XVIe siècle, c’est autour de sa place centrale et dans ses environs que s’alignent les édifices les plus remarquables. Son musée consacré aux Mayas est une bonne introduction à la visite des sites du Yucatán.

• Campeche : A 195 km de Mérida (2h30).
La capitale de l’Etat de Campeche est l’unique exemple de ville fortifiée du Mexique. En partie conservés, ses remparts et leurs bastions lui valent notamment d’être classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, et la ville a fait l’objet d’une restauration très réussie de ces édifices coloniaux. Au détour de ses étroites ruelles que l’on visite à pied, on prend plaisir à admirer ses façades peintes et ses églises. Le musée archéologique hébergé dans le fort San Miguel expose de très intéressants objets découverts sur les sites mayas de la région (stèles, armes, colliers, figurines…).

• Izamal : Etat du Yucatán, à 70 km de Mérida (1h30).
Paisible bourgade, celle que l’on surnomme la “ville jaune” en raison de la couleur de la plupart de ses édifices, est la cité coloniale la plus charmante de la péninsule du Yucatán. Son couvent (monastère, église et chapelles), l’un des plus vastes d’Amérique, est un superbe exemple de l’architecture religieuse de l’époque. Trois des douze pyramides mayas que comptait la ville ont été restaurées.

• Valladolid : Etat du Yucatán, à 2 h de Mérida et de Cancun et 30 min. de Chichen Itza.
La seconde ville la plus importante de l’Etat du Yucatan conserve de très belles bâtisses coloniales et sa place centrale (cathédrale) mérite d’autant plus un arrêt que la ville est une halte agréable à mi-chemin entre Mérida et Cancun.

• La “Route des couvents” : Etat du Yucatán, circuit en boucle réalisable dans la journée au départ de Mérida en voiture de location.
A travers des localités artisanales et agricoles reculées, cet itinéraire hors des sentiers battus permet de découvrir d’anciens couvents franciscains bâtis entre le XVe et le XVIIIe siècles : Maní (église avec de beaux retables en bois), Oxkutzcab, Ticul (un important centre de production artisanale de céramiques et des tenues traditionnelles huipiles), Muna et Umán. La Route des couvents permet aussi de visiter trois haciendas ouvertes au public (à Timucuy, Yaxcopoil et Ochil).

LES SITES NATURELS :
• Río Lagartos et Ría Celestún : Etat du Yucatán : Celestún est à 92 km de Mérida et Río Lagartos à 120 km de Valladolid.
Aux deux extrémités de sa côte, l’Etat du Yucatán abrite deux zones marécageuses à l’écosystème protégé classées Réserves de la biosphère. Situés autour d’estuaires dans un milieu naturel de mangroves constituées d’un enchevêtrement quasiment impénétrable de racines de palétuviers, les sites de Ría Lagartos et de Celestún sont des sanctuaires pour des centaines d’espèces d’oiseaux. Avec des colonies de milliers d’individus (plus de 30000 à Celestún), le flamant rose, qui construit son nid sur la sable de mai à juillet, est la grande vedette de ces réserves. Mais lors des sorties d’observation, on peut aussi admirer aigrettes, ibis, hérons et pélicans. De mai à septembre, ces sites sont également des lieux de ponte des tortues de mer.

• Les “cenotes” : caractéristiques du plateau calcaire de la péninsule du Yucatán qui absorbe l’eau de pluie, ces puits naturels d’eau douce à ciel ouverts abondent au Yucatán et dans le Campeche. Souvent vénérés par les Mayas, ils constituent aujourd’hui un but de visite intéressant, d’autant que l’on peut souvent s’y baigner. On en trouve notamment dans les environs de Valladolid (cenotes de Dzitnup et de Zaci), à Ik Kil (3 km de Chichen Itza) et à Dzibilchaltun, près de Mérida (cenote Xlacah).

LES HACIENDAS :
L’Etat du Yucatan possède une dizaine d’haciendas bien conservées et ouvertes au public. Certaines ont été transformées en petits hôtels de charme (Santa Rosa, Temozon, San Jose, Chichen, Xcanatun, Katanchel), tandis que d’autres comme celle de Yaxcopoil (à 33 km de Mérida) hébergent un musée ou perpétuent le travail du sisal (hacienda San Miguel Chac, sur la route Mérida-Celestun). Dans l’Etat de Campeche, l’hacienda Uayamón est aujourd’hui l’un des plus charmants hôtels de la péninsule.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *