Le séjour dans une tribu n’est-il pas trop « rustique » ?

Nouvelle-Calédonie

Ceux qui n’envisagent pas de dormir par terre sur une natte ou un matelas et qui ne s’imaginent pas partager leur “chambre” et les sanitaires avec d’autres touristes ne sont sans doute pas prêts pour une nuit en case mélanésienne, l’habitat traditionnel kanak (une case à la structure en bois recouverte de chaume). Car il faut bien avouer que les cases communautaires (jusqu’à 10 pers.) des “gîtes tribaux” impliquent tout de même un confort très rudimentaire (il n’y a pas toujours de l’eau chaude). Sachez toutefois que de nombreux sites proposent aussi la possibilité de dormir dans des paillotes privatives (de 2 à 4 pers. en général) qui garantissent une plus grande intimité.
Situés au sein d’une tribu (principalement sur la côte est de Grande Terre et sur les îles Loyauté), les “gîtes tribaux” offrent l’occasion unique de partager le quotidien des Mélanésiens de l’intérieur (pratique de la chasse, agriculture, rites…) et l’on y propose bien souvent des activités comme la randonnée pédestre, la pêche ou encore des balades à cheval. En contrepartie, il faudra faire preuve d’un réel esprit d’ouverture et d’échanges, notamment pendant les repas (toujours sur réservation), que l’on prend le plus souvent en famille. Rares sont d’ailleurs les voyagistes qui programment cette formule (on recense principalement Asia, qui dispose d’adresses habituées à recevoir des touristes) car la plupart estiment qu’il n’y a pas assez de régularité dans le service. Suivant le principe mélanésien de la répartition des tâches, la gestion de l’hébergement tourne en effet régulièrement d’une famille à l’autre, d’où une cuisine excellente à un moment et une propreté qui laisse à désirer la semaine suivante… Mais forts de ces mises en garde, sachez que l’expérience est enrichissante et assez inoubliable, ne serait-ce que pour une nuit.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *