La destination est-elle sûre ? Peut-on se rendre sans risque dans le Nord et l’Est de l’île ?

Sri Lanka

Si l’île a été pendant 20 ans le théâtre de conflits internes, avec la rébellion au nord-est du pays, principal lieu de vie de la minorité tamoule, des Tigres tamouls du LTTE (Tigres de la Libération de l’Eelam* tamoule »), contre les gouvernements successifs, un accord de cessez-le-feu a été signé le 23 février 2002 par le gouvernement conservateur de Ranil Wickramasinghe, sous l’égide de la Norvège. Mais, les touristes ont toujours été, même pendant la durée du conflit, tenus à l’écart de ces hostilités (même si les infrastructures touristiques ont parfois été visées). Ainsi, depuis que cette trêve a été conclue, le Nord et l’Est de l’île sont devenus plus sûrs. Les résultats des élections présidentielles du 17 novembre dernier, qui ont vu le parti au pouvoir être réélu, ne font que confirmer cette stabilité politique. On peut donc se rendre sans crainte dans le Nord et l’Est, où les routes ont été rouvertes, comme dans tout le reste de l’île. Côté vols, des coffres sont à disposition dans les hôtels pour déposer passeports et objets de valeur. D’une manière générale, il convient de surveiller ses affaires personnelles, et notamment les affaires de valeur, type appareils photo ou vidéo.
*L’Eelam étant le territoire, correspondant au nord et à l’est de l’île du Sri Lanka, revendiqué par les Tigres tamouls, et le LTTE étant le mouvement séparatiste tamoul opposé au pouvoir cinghalais, revendiquant l’indépendance de ce territoire.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *