A part la Cappadoce et les quartiers historiques d’Istanbul, quels sont les autres sites historiques classés par l’Unesco ?

Turquie

• La mosquée-hopital Seldjoukide de Divrigi perchée à 1 250 mètres d’altitude. Éloigné des centres touristiques, le village de Divrigi se situe en plein coeur de l’Anatolie. Dommage car il présente un type d’architecture unique dans le pays.
• Hattusa à 220 kilomètres à l’est d’Ankara. Ce site d’époque Hittite est le plus gigantesque complexe cultuel fortifié jamais découvert. Autour des vestiges, des magasins, des logements et des ateliers se cachent de magnifiques temples dédiés à la déesse Soleil et au dieu Orage.
• Nemrut Dagi. S’il n’y a qu’un site à visiter en Anatolie centrale (sans parler de la Cappadoce), c’est bien celui-là. Turkish Airlines assure un vol quotidien entre Istanbul et Matalya. Sur place, des réceptifs se chargent des excursions entre les différents sites. L’itinéraire d’une cinquantaine de kilomètres traverse les sanctuaires et les tumulus pour se terminer devant un étrange cône blond flanqué de 2 rangées de colosses uniques au monde.
• Safranbolu à 230 kilomètres au nord d’Ankara (650 km d’Istanbul). Joyau de la région de la mer Noire, cette ville qui prit le nom de l’épice qui la rendit prospère n’est pas encore très touristique. Pourtant, avec ses superbes maisons ottomanes à flanc de colline, ses jolies ruelles pavées et ses échoppes typiques, elle mérite bien un détour. Pour rejoindre Safranbolu, il est indispensable de louer une voiture.
• Le site archéologique de Troie est facile à visiter lorsqu’on séjourne sur la côte égéenne. Troie est un véritable voyage dans le temps car il met en scène plusieurs civilisations. Mieux vaut être accompagné d’un guide car la visite peut être compliquée.
• Xanthos et Letoon. Sur la côte lycienne entre Antalya et Bodrum, les deux anciennes cités antiques ne manquent pas de charme. Elles se visitent facilement en une seule journée car elles ne sont distantes que de cinq kilomètres. Sanctuaire pour l’une, ville antique pour l’autre, toutes deux regorgent de temples, de tombeaux, de théâtres d’une incroyable beauté au milieu d’un chaos de pierres sculptées.
• Hiérapolis-Pamukkale appelé aussi « château de coton » en hommage à ses falaises blanchies par le calcaire. Une curiosité géologique qui occulte parfois la cité antique. Au milieu des vasques fumantes, on découvre un site archéologique très important doté de plusieurs thermes, d’un temple, d’un théâtre et d’un martyrium dédié à saint Philippe.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *