Quand partir ?

Turquie

Le printemps et le début de l’automne sont des moments privilégiés pour les circuits, surtout en Cappadoce où les températures peuvent vite être caniculaires certains jours d’été. Sur les brochures des voyagistes, la saison balnéaire commence fin avril mais elle ne bat véritablement son plein qu’à partir de juin lorsque l’eau atteint des températures estivales. Pour les fanatiques de bronzette qui préfèrent le littoral égéen et méditerranéen, les mois de juillet et août sont incontournables, il fait évidemment très chaud mais les croisières à bord d’une goélette offrent une escapade rafraîchissante pour découvrir la côte Turquoise. En tête des destinations ensoleillées, Antalya est bien placée. Avec ses 300 jours de soleil par an, elle fait la joie des amateurs d’activités nautiques. Il faut reconnaître que la chaîne du Taurus la protège des fortes précipitations. Du côté de la mer Égée, les séjours sont souvent combinés avec des excursions dans les sites antiques, et là, vous ne serez pas étonné d’apprendre qu’il fait très chaud en été. Les cités, qui étaient jadis au bord de la mer, sont maintenant en pleine campagne — certes très belle mais souvent caniculaire. Sur les rives de la mer Noire, l’été est moins chaud et les précipitations sont plus faibles. Passé les beaux jours, l’hiver est assez rigoureux en Turquie. En Anatolie, les chutes de neige sont fréquentes comme l’attestent les stations de ski près d’Erzurum (la plus grande avec ses 28 km de pistes), de Bursa et de Kayseri. De plus, les quelques hôtels ouverts à cette saison ne sont pas forcement équipés pour affronter de telles températures. À Istanbul, le printemps et l’automne sont des saisons agréables pour arpenter les rues en quête de découvertes insolites et savourer un thé sur les bords du Bosphore.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *