Marie Allantaz (Escaet) : « il faut que je me réinvente un peu »

Formation
Le poste de directrice générale, occupé par Marie Allantaz, ne sera pas remplacé. © Escaet

La directrice générale de l’école supérieure de tourisme quittera ses fonctions fin juin pour se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle.

 

L’annonce est officielle depuis le 28 mai. Marie Allantaz, à la tête de l’école supérieure de tourisme d’Aix-en-Provence depuis 14 ans, quittera ses fonctions de directrice générale à la fin du mois de juin. « Après près de 14 ans d’expérience incroyable, il est temps pour moi d’aller explorer de nouveaux horizons », explique-t-elle dans un mail de remerciement envoyé à la profession.

 

« Je vais prendre du temps pour me poser, réfléchir et continuer à échanger. Je tourne une page et la nouvelle reste encore à écrire », nous indique-t-elle.

 

Pas question pour autant de laisser tomber le tourisme et la formation, deux secteurs qui lui sont chers. « Mon métier me plaît et le tourisme aussi. Je veux désormais avoir une action qui aura le plus d’impact possible sur ces deux marchés », poursuit Marie Allantaz, qui, par cette décision, veut aussi « sortir de sa zone de confort ».

 

Pour se lancer dans l’entreprenariat ? « Tout reste ouvert. Pourquoi pas monter ma boîte ou m’intégrer dans plusieurs projets. Il faut que je me réinvente un peu », répond-t-elle.

 

Elle compte aussi faire un peu bouger les lignes dans le tourisme et la formation. « Je veux faire quelque chose qui a du sens, analyser l’état du marché. Il y a encore beaucoup de choses à faire, à réinventer », confie-t-elle.

 

Nul doute que nous la recroiserons donc bientôt. En attendant, Gaëtane Thurot, la cofondatrice de l’école, vient de mettre en place un comité de pilotage dans lequel Laurie Larchez prend la direction des opérations de l’Escaet. Le poste de directrice générale, occupé par Marie Allantaz, ne sera pas remplacé.

Publié par Céline Perronnet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *