Bretagne : fréquentation touristique en baisse à cause des grèves et des gilets jaunes

France

Avec 97,6 millions de nuitées en 2018, la fréquentation touristique en Bretagne est en baisse de 2% par rapport à 2017. Ces données comprennent les flux marchands et non marchands, marchés français et étrangers confondus.

 

Dans un communiqué le CRT breton explique que « plusieurs éléments de conjoncture ont impacté la fréquentation au fil des saisons ». En l’occurrence : « un calendrier scolaire et des ponts moins favorables qu’en 2017, une météo peu clémente en fin de printemps, les grèves SNCF, la Coupe du Monde de Football et un démarrage tardif de la saison estivale ».

 

Au printemps (entre avril et juin) les nuitées sont en baisse de 5% à cause des mêmes raisons évoquées plus haut. Cependant, malgré un démarrage tardif de la fréquentation estivale, « la météo exceptionnelle des mois de juillet, août et septembre a permis un beau cœur de saison. Le mois de septembre a même enregistré une hausse de 5,5%, ce qui le place comme le troisième mois ayant comptabilisé le plus grand nombre de nuitées » se félicite le CRT. Quant au 4e trimestre, il s’est terminé en baisse de 3,7%, « principalement dû au contexte social plutôt morose lié aux manifestations des gilets jaunes ».

 

Bonne nouvelle, le retour de la clientèle étrangère est confirmé puisque leurs hébergements de prédilection, l’hôtellerie et le camping, affichent respectivement des hausses de fréquentation de 0,4% et de 4,5%. Une forte progression de touristes en provenance du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Espagne et de l’Italie a été enregistrée.

La fréquentation des sites de visites et équipements de loisirs est en hausse de +2%. On note également des augmentations de 1% pour les festivals et de 5% pour les voies vertes.

 

Le calendrier 2019 ne s’annonce pas plus favorable que celui de 2018, avec un mois de mai quasiment dépourvu de ponts. Pas de pont non plus pour le 14 juillet, contrairement au 15 août où la concentration touristique sur notre territoire est déjà forte. Seul le week-end de Pâques plus tardif, l’Ascension et la Pentecôte pourraient venir contrebalancer ce phénomène en générant une forte affluence touristique, étant les seuls week-ends prolongés de l’avant-saison, à distance des vacances scolaires d’été.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *