La Mer de Sable devient mexicaine

Parcs de loisirs

Le premier parc à thème français bénéficie d’un investissement de 3 millions d’euros cette année. En travaux, la Mer de Sable rouvrira le 14 avril avec deux nouvelles attractions. Le nouveau thème du Mexique va être décliné aussi sur « l’Attaque du train » et en restauration.

 

Offrir des attractions pour la famille en s’adressant aux enfants de 3 à 14 ans. Voilà le créneau choisi par la Mer de Sable.  Un parc de 30 attractions dans l’Oise avec « un énorme potentiel et une zone de chalandise extraordinaire » selon Laurent Bruloy, président du groupe Looping propriétaire de la Mer de Sable.

 

Une nouvelle dynamique pour la Mer de Sable

Si c’est le plus ancien parc de loisirs de France -créé en 1963-, la Mer de Sable sait se réinventer. « Nous aurons investi 5 millions d’euros en trois ans » précise Laurent Bruloy. Cette année, on verra ainsi l’univers « désert africain » transformé en « pueblo mexicain ».

 

« Entre le Far Ouest et la jungle, le Mexique permet de faire lien avec ces deux univers » explique Hervé Lux, directeur du parc. Ainsi deux nouvelles attractions thématisées, Tornado (une pieuvre) et El Condor (chaises volantes), vont permettre aux familles de « s’amuser ensemble ». Tandis que 5 attractions existantes vont renaître ‘mexicanisées’ (Babooing, par exemple, devient El Palmito).

 

Même l’attraction phare, l’Attaque du train, va intégrer un nouveau scénario avec le thème du Mexique, des effets spéciaux et -surtout- une structure offrant du confort pour regarder le spectacle. « Les visiteurs changent » note Herve Lux. Les  nouveautés se prolongent jusque dans l’assiette: un point restauration-sandwicherie, Poca’pepito, est ajouté.

 

Halloween pour allonger la saison

Nouveauté 2017, « l’Epouvantable Mer de Sable » aura été une bonne idée (27.000 pax). Avec une ouverture durant 10 jours sur le thème de Halloween, le parc a offert une autre expérience à ses visiteurs, mais toujours axée famille (contes, maquillages…). « Nous avons eu des journées de fréquentation à 2.500 visiteurs, supérieure à certains jours de printemps à 2.000 visiteurs » a indiqué le directeur.

 

En 2018, le parc reprend « l’Epouvantable Mer de Sable » sur 15 jours (les quatre week-ends d’octobre et la semaine du 29) jusqu’au 4 novembre. « Cette année, nous allons pouvoir y ajouter des éléments de décoration et autres reliés à la Dia de los Muertos (la journée des Morts) complètement en accord avec notre nouvelle thématisation mexicaine » signale Hervé Lux.

 

Autres éléments de prolongation, la Mer de Sable fermera une heure plus tard en juillet-août (jusqu’à 19h). Sur deux dates, le 21 juillet et le 11 août, le parc restera ouvert jusqu’à 21h30. Et tous les mercredis de juin seront ouverts. En termes d’accessibilité, la Mer de Sable située à Ermenonville dans l’Oise va mettre en place une navette depuis la porte Maillot, à Paris, tous les week-ends de juillet et d’août. « Prix et horaires sont encore à l’étude » explique Isabelle Cauët, responsable marketing.

Cap sur 400.000 visiteurs

En 2017, la Mer de Sable a enregistré 350.000 visiteurs, en hausse de 12% sur 2016, pour un chiffre d’affaires de près de 8 M€. Sans précision sur le résultat, son directeur a toutefois déclaré être « largement rentable ».

 

Le plan de développement à 5 ans prévoit un nouveau manège de type Major ride (« accessible à partir de 6-7 ans ») dès l’an prochain. Mais aussi une autre boutique et des « expériences plus immersives -peut-être du séjour- autour des 25 chevaux et 17 cascadeurs »… Avec une capacité de 7.000 visiteurs par jour, la Mer de Sable se fixe un objectif de 400.000 visiteurs en 2022.

 

Rachetée en 2015 à la Compagnie des Alpes, la Mer de Sable fait désormais partie du groupe Looping spécialisé dans les parcs d’attractions de proximité (14 parcs, aquarium, zoos, etc. dans 7 pays en Europe). Avec 3,5 millions de visiteurs par an et 85 M€ de CA en 2017, Looping compte pour sites majeurs Isla Magica (près de Séville), le zoo de La Flèche et le Grand Aquarium de Saint-Malo.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste – Le Quotidien du Tourisme

Me contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *