La montagne prête à séduire les jeunes et les autres, hiver comme été

France

L’unique conférence sur la montagne prévue pendant l’IFTM Top Résa aura eu le mérite de remettre les points sur les «i». Oui, la montagne est une destination vacances hiver comme été, et elle a des atouts ! Elle a des idées aussi pour capter l’attention des futures générations. Reste à transformer l’essai.

 

Certains chiffres peuvent faire frémir. D’autres redonnent du baume au cœur aux professionnels de la montagne. Animée par Laureline Chopard (agence PopRock), la conférence du 27 septembre aura eu le courage d’afficher cette double réalité.

 

Les résultats de l’étude européenne menée sur les jeunes et l’outdoor, apportés en avant-première d’une manifestation qui va se tenir à Annecy le 5 octobre  (http://www. toutlemondedehors ) sont encourageants.

 

«La montagne est en mesure de répondre aux attentes que nous avons décryptées. Elle se transforme et montre qu’elle sait y répondre» soutient Laureline Chopard (photo). Elle identifie cinq enjeux principaux:

 

 

1- La montagne est capable de répondre aux vraies aspirations outdoor des urbains (la France compte 13,5 millions de runners) avec notamment une déclinaison «trail» qui connaît un grand succès.

 

2- Conséquence de l’interférence grandissante des temps de travail et de loisirs, les vacances se fractionnent de plus en plus. Et les vacanciers cherchent à varier leurs loisirs pendant leurs séjours. «On sait déjà que le ‘6 jours de ski et c’est tout’, c’est fini, mais justement la montagne a beaucoup d’activités à proposer» se félicite la consultante.

 

L’aventure accessible

 

3- Face à l’ambivalence du besoin grandissant de «connexion/ déconnexion» des vacanciers, la montagne a aussi tout pour plaire, entre ses grandes avancées en matière de digitalisation de l’expérience client et sa capacité à «proposer un retour à l’authenticité, à la vraie nature et aux vrais gens».

 

4- Avec ses paysages, ses loisirs expérientiels, ses hébergements nouvelle génération, la montagne est «instagrammable» et répond aussi au besoin de partage via les réseaux sociaux. «Selon une étude Expédia, 32 % des voyageurs internationaux adorent séjourner dans des hébergements instagrammables» a rappelé Laureline Chopard.

 

5- Enfin, la montagne permet le dépassement de soi en toute sécurité et près de chez soi. L’expérience menée depuis deux étés aux Arcs montre combien les vacanciers apprécient ! La station a totalement revisité son offre d’activités. Baptisée «Héro Pass Les Arcs», adaptée aux aspirations de tous (enfants, familles, seniors…) et accessible (prix divisé par deux !), elle fait un tabac.

«Nous avons ainsi multiplié notre clientèle par trois et fait grimper notre chiffre d’affaires de +51% entre 2015 et 2018» indique Marion Grognet, (photo) directrice marketing et ventes des Arcs. Et la station travaille maintenant à une déclinaison hivernale de l’offre avec dès décembre un circuit de moto-neiges électriques à Arc 2000.

 

Remettre la montagne à la carte chez les 15-25 ans

 

«La montagne est aujourd’hui en capacité de proposer une offre de vacances riche et événementielle qui rassemble beaucoup de monde» martèle Thomas Saison, (photo) directeur marketing et ventes de La Plagne. Et elle doit absolument le faire savoir. Car chez les 15-25 ans, la montagne «n’est plus dans leur radar» souligne Grégoire Chadenet, chargé de mission Millennials chez Golden Voyages, le spécialiste des voyages étudiants en groupe de Travelfactory.

 

Le TO a mené une étude cet été via le chatbot Jam auprès de 1.800 jeunes Français de 15 à 25 ans allant ou non au ski. Et les résultats invitent effectivement à réagir. Premier enseignement clé «qui reprend une intuition que nous avions » : 54 % des jeunes ne sont jamais allés au ski contre 40 % dans le reste de la population. «Et une génération qui n’y va pas, c’est une génération qui n’y emmènera pas ses enfants» s’inquiète Grégoire Chadenet (photo).

 

Des prix et du bon temps

 

Leur premier frein, c’est le prix. La destination est jugée trop chère pour 37 % d’entre eux. «Pourtant nous proposons des semaines de qualité à 399 € tout compris» rappelle le TO. Autre enseignement, plus on avance en âge, plus l’aspect « chill » (passer du bon temps) et confort du logement devient essentiel. Pour schématiser, si chez les 15-17 ans on s’affiche ski-addicts à 52%, les 22-25 ans se revendiquent plutôt bon vivants.

 

Et qu’est-ce qui pourrait leur donner le plus envie de venir à la montagne ? Plus les paysages (47%) que l’envie d’apprendre à skier (16 %) ! Autre motivation notable : le fait de vivre «un truc insolite » (12%). «D’où l’importance de développer des pratiques d’outdoor qui fabriquent de l’expérience, des imaginaires» insiste Laureline Chopard.

 

L’offre estivale de la montagne peut aussi les y conduire. «L’été, la montagne concentre bien des atouts, pour ces jeunes comme pour les autres : l’authenticité, la gastronomie, les paysages, les expériences fortes et les photos sur Instragram. Et ce qui est encourageant, c’est que les grands opérateurs y croient et créent de l’image là dessus» glisse Thomas Saison. Près de 40 % des jeunes interrogés y sont d’ailleurs allés l’été dernier.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *