Le Futuroscope réfléchit à l’implantation d’un deuxième parc

France
Rodolphe Bouin, président du Directoire du Futuroscope

Nommé à la présidence du Directoire depuis le 1er avril dernier, Rodolphe Bouin est conscient que le Futuroscope et ses 2 millions de visiteurs annuel a atteint un cap. L’objectif désormais est de lui faire franchir un nouveau palier. L’implantation d’un deuxième parc attenant pourrait lui faire gagner 400 000 visiteurs supplémentaires  à horizon 2025.

 

 

L’innovation est sans doute le mot qui caractérise le mieux le Futuroscope. « Nous devons diversifier les expériences et d’accueillir des capacités plus importantes » indique Rodolphe Bouin qui a pris la succession de Dominique Hummel à la tête du parc. En 2017, le Futuroscope a dégagé un chiffre d’affaires de 108 millions d’euros, en hausse pour la troisième année consécutive, pour 2 millions de visiteurs accueillis. « Il faut vraiment aller au-delà » poursuit Rodolphe Bouin qui veut inscrire le parc dans « une nouvelle séquence » sur la période 2020 – 2025.

 

Dans cette nouvelle ligne d’horizon, l’objectif est de franchir un palier significatif. « Nous avons gagné plus de 500 000 visiteurs entre 2013 et 2017. L’idée est d’en avoir au-moins 400 000 supplémentaires d’ici 2025 » affirme Rodolphe Bouin.

 

Pour cela le dirigeant compte activer un certain nombre de leviers. Le premier est bien sûr de multiplier et renouveler les attractions (25 au total aujourd’hui). La dernière en date « Sébastien Loeb Racing Xperience » lancée le mois dernier figure déjà dans le Top 5 des plus demandées. Une des pistes à l’étude est la mise en place d’une « hôtellerie thématisée expérientielle ». Enfin, pour allonger la durée du séjour des clients, Rodolphe Bouin évoque la possibilité « d’une offre complémentaire ». Plus concrètement, « l’implantation d’un second parc attenant au premier et pourrait se consommer à la demi-journée ». « Le but est de commercialiser des packages intégrant l’ensemble des offres afin de devenir une destination de séjour à part entière et pas seulement de court-séjour » résume le président du Directoire qui espère « surtout faire venir une clientèle située à plus du 5 heures du parc ».

 

Une vision ambitieuse qui reste soumise à l’approbation des actionnaires, au premier rang desquels La Compagnie des Alpes (CDA) qui détient près de 45% du capital du Futuroscope. « L’actionnaire est bienveillant. Les échanges sont riches et constructifs. Nous partageons le même constat sur les objectifs et les leviers de développement » conclut Rodolphe Bouin.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *