Les Champs Elysées en champ de ruine après le passage des gilets jaunes

France

Au lendemain d’une journée d’affrontements entre gilets jaunes, casseurs et forces de l’ordre à Paris, la « plus belle avenue du monde » ne ressemble plus qu’à un vaste champ de ruine.

 

Feux de signalisation à terre, arrêts de bus saccagés, vitrines de commerces brisées, restes d’incendies, amas de ferraille…  « C’est une image désastreuse pour nous, et pour la maire que je suis », a expliqué Jeanne d’Hauteserre, maire du 8e arrondissement de Paris, sur LCI. « On ne peut que constater ce désastre, c’est un vrai chaos on a vraiment l’impression qu’il y a eu une guérilla civile ». Samedi matin, des groupes de « gilets jaunes » venant de banlieue ou de province avaient convergé vers Paris. Ils espéraient pouvoir s’approcher du plais de l’Elysée en descendant la célèbre avenue encore pleine de touristes et de passants alors que la manifestation n’avait été autorisée qu’au Champ-de-Mars.

Bloqués par les forces de sécurité au rond-point des Champs-Elysées, la situation a vite dégénèré. Des jeunes casseurs infiltrés parmi les gilets jaunes disséminés dans le cortège ont lancé des projectiles (bouteilles, pavés, planches, etc.) sur les policiers qui ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes et des jets des canons à eau. Les manifestants ont fui dans les rues adjacentes et réculé vers l’Arc de Triomphe.

Sur les Champs, une cabine de chantier renversée sur la chaussée étaient en feu. Sur LCI, une touriste en pleurs a témoigné avoir eu « très peur ».

Scène surréaliste, à  quelques centaines de mètres de là, sur le boulevard Haussmann, Parisiens et  touristes faisaient les courses de Noël comme si de rien était…

Il n’empêche, les images de guerre civile sur les Champs Elysées qui ont font le tour du monde depuis samedi ne vont pas beaucoup aider Paris pour conserver cette image si romantique qui plait tant aux touristes étrangers.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *