L’Umih réclame un budget de 100 ME dédié à la promotion de la France

France
Jean-Yves Le Drian, Ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères, et Roland Heguy, président de l'Umih.

L’Umih (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) qui a participé au Comité de pilotage Tourisme présidé par Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, a présenté ses propositions pour assurer la promotion du tourisme français.

 

Si l’UMIH et le GNC (Groupement National des Chaînes Hôtelières) partagent pleinement l’objectif gouvernemental visant à accueillir 100 millions de touristes internationaux à l’horizon 2020, mais ils considèrent que cet objectif ne pourra être atteint qu’en allouant 100 millions d’euros exclusivement à la promotion de la destination France, à l’horizon 2020. « Il ne s’agit pas de porter simplement le budget d’Atout France (qui aujourd’hui a de nombreuses missions en plus de la promotion) de 67 à 100 millions d’euros. Il s’agit d’avoir un budget dédié à la promotion de la France de 100 millions d’euros », fait savoir Roland Heguy, président de l’Umih.

 

Roland Heguy a d’ailleurs présenté les propositions à court-terme suivantes 

  • Sur les visas : Sécuriser une part du produit de la délivrance des visas au financement de la promotion, a l’instar des Etats-Unis.
  • Sur la taxe de séjour : Exiger des plateformes qu’elles organisent le recouvrement de la taxe de séjour. Le manque à gagner pour les collectivités est de 150 millions d’euros par an. La collecte de la taxe de séjour – 320 millions d’euros en 2015 – est aujourd’hui concentrée sur les hôtels et les résidences de tourisme qui contribuent pour plus de 80% de la collecte. En comparaison, la contribution des locations meublées s’établit à 1.2% alors que le parc des locations meublées est le double du parc hôtelier français (1,2 million d’appartements contre 650 000 chambres). La loi autorise les plateformes de réservations à collecter la taxe de séjour pour le compte de l’hébergeur mais le système bute aujourd’hui sur l’absence d’obligations des plateformes à recouvrer la taxe de séjour.
  • Concernant le financement pérenne de la promotion de la France, l’Umih qui plaide pour un fonds d’intervention géré par les professionnels du tourisme et soutenu par l’Etat, dédié à la promotion du tourisme et de ses métiers (manifeste des 7 priorités pour les candidats à l’élection présidentielle), soutient la mise en place d’une mission sur le financement de la promotion qui sera pilotée par Jacques Barre, vice-président de la Confédération des Acteurs du Tourisme,Christian Mantéi, directeur général d’Atout France et Germain Lelarge, fondateur de La France du Nord au Sud.

 

Roland Heguy a indiqué que les professionnels sont prêts à prendre leur responsabilité en échange d’un engagement de l’Etat important pour relever le budget de la destination France : « Nous sommes prêts à travailler sur les contours, le rôle, les missions, la gouvernance d’Atout France et proposer un mécanisme de financement pérenne et innovant pour la promotion de la destination France. Nous sommes favorables à la mise en place d’un fonds d’intervention géré par les professionnels qui pourrait être alimenté par la contribution de tous les acteurs du tourisme. A la condition suivante : l’effort doit être collectif et partagé ; la gestion devra être paritaire. C’est un impératif ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *