Puy du Fou : un 1er spectacle en Espagne avant de conquérir le monde

France
Erwan de la Villéon, directeur général du Puy du Fou Espagne, et Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, lors de la Première "d'El Sueno de Toledo".

Vendredi 30 août à Tolède, devant 4 000 spectateurs, le Puy du Fou Espana a donné la toute première représentation de son spectacle nocturne « El sueno de Toledo ». Une date clé pour le parc vendéen dans sa stratégie de développement à l’international.

 

 

Une Première réussie

 

« Que les Espagnols soient touchés au fond du cœur par ce spectacle ». C’est en substance le message délivré par Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, à l’issue de la première représentation d’El sueno de Toledo.

 

 

Alors qu’une météo capricieuse inspirait quelques craintes, il n’y a pas eu de fausse note dans le déroulé de cette grande fresque historique qui relate 1 500 ans de l’Histoire de l’Espagne. Durant 70 minutes, les 4 000 spectateurs très enthousiastes retrouvent les plus illustres personnages du pays : le roi Taifa Al-Mamum, Christophe Colomb, Charles Quint, la reine Isabelle de Castille ou encore Salvador Dali. Sur une scène géante de 5 hectares, près de 200 acteurs, cavaliers et danseurs donnent leur pleine mesure, le tout à grand renfort d’effets spéciaux spectaculaires. « C’était un moment de vérité. Il fallait que les gens sortent émus. Au départ ce n’était pas gagné car nous ne sommes pas chez nous mais à l’arrivée nous avons réussi » résume Erwan de la Villéon, directeur général du Puy du Fou Espagne, qui se félicite d’avoir vendu « 75% des billets » pour les 13 représentations restantes (24 euros l’entrée) prévues jusqu’à fin novembre alors qu’il avait tablé sur seulement « 30% de tickets vendus ».

 

 

« D’abord toucher les Espagnols avant les touristes étrangers »

 

 

« El sueno de Toledo » devrait donc attirer 60 000 spectateurs à l’issue de cette première saison. L’an prochain, ce spectacle imaginé et conçu par les équipes françaises du Puy du Fou reprendra début avril à l’occasion de la Semaine Sainte. 65 représentations sont programmées. « De par sa légitimité historique (ancienne capitale de l’Espagne), sa situation géographique (au centre du pays, à seulement 45 minutes de Madrid) et son potentiel historique (plus de 3 millions de touristes chaque année), la ville de Tolède s’est naturellement imposée à nos yeux » explique Erwan de la Villéon qui insiste aussi sur « la bonne intégration dans le tissu économique local avec la mise en place de partenariats avec les hôteliers et restaurateurs ». « Puy du Fou Espana doit d’abord toucher les Espagnols, il faut que nous les fassions vibrer, après les touristes étrangers viendront » affirme Nicolas de Villiers qui rappelle que « 8 millions de personnes vivent à moins de deux heures de Tolède ».

 

Le spectacle « El Sueno de Toledo » marque aussi le début d’un grand projet qui verra le jour en 2021 avec l’ouverture d’un parc consacré à l’Histoire. Les visiteurs pourront y découvrir en famille quatre grands spectacles de jour, flâner dans trois villages historiques et profiter de plus de 30 hectares de nature et de jardins. Montant total de la facture : 242 millions d’euros, l’investissement le plus important de l’histoire du Puy du Fou.

 

Dès 2019, les retombées économiques de Puy du Fou Espana devraient atteindre 50 millions d’euros par an puis 200 millions d’euros en 2021. En 2028, elles devraient dépasser les 330 millions d’euros annuels. Le Puy du Fou va également générer directement 87 emplois dès 2019, pour atteindre 876 emplois en 2028.

 

L’internationalisation en marche

 

Désireux d’être « une marque mondiale », le Puy du Fou ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Tout en continuant à imaginer de nouveaux spectacles, de créer des hébergements thématisés, aussi bien en France qu’en Espagne, le deuxième parc français (plus de 2,3 millions de visiteurs en 2018) prépare aussi ses développements à l’international. D’ici 2030, ce sont deux nouveaux Puy du Fou qui devraient voir le jour. « Le prochain sera assurément en Chine » affirme Nicolas de Villiers qui est en discussion avec plusieurs partenaires concernant le choix du lieu d’implantation. Un autre parc est aussi envisagé en Europe. « L’Autriche et l’Italie sont disposés à accueillir des Puy du Fou mais ce ne sont pas les seuls pays » poursuit le président qui souhaite que « d’ici 20 ans, les petits chinois, indiens ou sud-américains parlent du Puy du Fou comme d’une marque mondiale célébrant l’âme des peuples ». Porté par une croissance ininterrompue depuis sa création en 1978, accumulant les trophées et récompenses en France et à l’étranger, le parc vendéen peut désormais rêver à la réussite de son internationalisation.

 

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *