2017, année du rebond pour l’hôtellerie française ?

Hébergement

C’est le pronostic du cabinet Deloitte/ In Extenso. Dans le cadre de la 19e édition des tendances annuelles, les experts considèrent que « le bas de cycle a été atteint après une année noire pour Paris et la Côte d’Azur ».

 

Le cabinet en veut pour preuve les bons résultats de la fin d’année 2016: « Les derniers mois de l’année ont été équilibrés voire positifs sur l’ensemble de l’Hexagone ». Néanmoins, l’hôtellerie française termine 2016 avec un Revpar en baisse, de 4,1% à 7,5%, dans la très grande majorité des catégories. Seul le segment Superéconomique progresse de 0,2%. Dans les établissements Luxe et Haut de gamme, la baisse des prix moyens est « de l’ordre 5% ».

 

Paris en forte baisse jusqu’à novembre

A Paris, 2016 restera comme une année noire, après 2015 qui avait déjà été affectée par les attentats de janvier et novembre. Le contexte d’insécurité global en Europe a freiné les arrivées des clientèles internationales, en particulier américaines et asiatiques. Deloitte/ In Extenso cite l’exemple du Japon sorti du Top 10 des clientèles des hôteliers franciliens.

 

Sur l’ensemble des catégories, la baisse du Revpar a atteint des records comme -41,5% pour le Luxe. Sous le double effet de la chute de la fréquentation et de tarifs agressifs, le CA des hôtels enregistre de -13,4% à -21%. Sur l’année

 

Toutefois, « après dix mois consécutifs de baisse, la fréquentation hôtelière est repartie à la hausse au cours des deux derniers mois de l’année », grâce à la tenue de plusieurs manifestations professionnelles. En décembre, le Revpar a même « progressé pour la plupart des catégories ».

 

La Côte d’Azur « limite la casse »

Second pôle d’attraction touristique, la Côte d’Azur a connu un phénomène d’annulations des nuitées hôtelières dès le 15 juillet, lendemain de l’attaque terroriste « amplifié » par la déprogrammation d’événements musicaux et sportifs. Les deux mois d’été contribuant à 30% à 35% du CA des hôtels de la région, l’année 2016 s’affiche en repli en termes de Revpar (de -0,7% en catégorie grand luxe à -7,1% pour le milieu de gamme).

 

Les hôteliers ont tenté de compenser la désaffection par « une politique tarifaire agressive » et une diversification de la clientèle auprès des groupes. Le point positif provient de la clientèle affaires, revenue plus nettement en avant et après-saison en 2016.

 

A ce contexte général compliqué s’ajoutent le succès des OTA, de l’offre collaborative et la montée en puissance de destinations concurrentes.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *