Accorhotels relance sa marque low cost HotelF1

Hébergement

Accorhotels veut redonner un nouvel élan à HotelF1 en France par un « plan de relance » de la marque et une gestion « plus dynamique » de son portefeuille d’hôtels.

Le groupe annonce ainsi un projet de cession d’un portefeuille de 62 hôtels, composé de 7 hôtels en propriété et 55 hôtels en location détenus par Silverstone, au Groupe SNI, filiale de la Caisse des dépôts et consignations.  A l’issue du projet de cession, Accorhotels envisage de devenir l’actionnaire majoritaire de la structure détenant les 102 actifs HotelF1 non cédés. Cette opération serait réalisée via une augmentation de capital de 51 millions d’euros. Cette restructuration d’actifs devrait ainsi permettre de financer un plan de relance de la marque, incluant un programme d’envergure de rénovation d’hôtels, étalé sur 3 ans. Comme le rappelle Sophie Etchandy-Stabile, DG d’Hotelservices France & Suisse, « à sa création en 1985 (sous la marque Formule 1), le concept d’ HotelF1 était pionnier sur le segment très économique. Tout au long de ces 30 années d’existence, la marque a su bâtir une notoriété forte autour de son concept d’hébergement ». Ce plan vise à « repenser l’offre d’hébergement » poursuit-elle, « tout en conservant son ADN d’origine, afin de proposer à une clientèle plus large, une expérience low cost et design répondant aux nouvelles tendances de voyage nomade ». Ce sera repensé comme un « véritable lieu d’échanges et de convivialité pour les voyageurs nomades alliant de multiples solutions d’hébergement astucieuses, toujours à moindre coût, avec une implantation sur les grands axes routiers et aux abords des villes ». Il y aura aussi la possibilité de développer le concept de chambres partagées « jusqu’à 6 personnes avec tarification au lit, chambres duo, trio et premium, ces dernières intégrant une salle de bain.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *