Adagio lance en France un programme de rénovation, de nombreuses ouvertures d’ici 2023

Hébergement

D’ici trois ans, 40 établissement d’Adagio, le spécialise de la résidence hôtelière, vont être rénovés en France. La filiale du groupe Accor et de Pierre&Vacances s’est aussi donné pour objectif de compter 230 structures d’ici 2023.

En ce jour de Roland Garros, jeudi 6 juin, c’est l’effervescence dans le hall de l’Adagio Tour Eiffel. L’établissement héberge de nombreuses personnes qui travaillent pour le tournoi, elles bénéficient même d’une réception dédiée. Comme 39 autres établissements en Fannce, cette structure va être rénovée et remis au goût du jour. « Nous allons aussi travailler à faciliter le checkin, explique Karim Malak (photo), directeur général d’Adagio. Comme il y a moins de turnover dans nos établissements que dans des hôtels, c’est un service que nous allons pouvoir rendre ». Pour y arriver, il faut connaitre son client : « A nous de le fidéliser près qu’il nous a connu via des OTA comme Booking.com ». Il explique : « Nous couvrons un besoin qui est mal couvert, c’est pour cela que nous ne voyons pas Airbnb comme un concurrent ».

L’apparthotel convient parfaitement aux personnes susceptibles de passer quelques jours ou plus hors de chez lui. « Incidents de vie (divorce, travaux), citybreaks, ingénieurs en mission »… Il y a des tas de raison à devoir s’éloigner entre plusieurs jours et plusieurs mois de son domicile. « Une femme d’affaires, par exemple, n’aime pas dîner seule au restaurant. Chez nous, elle pourra faire la cuisine ou commander une pizza ». Adagio reçoit aussi de plus en plus de familles avec enfants, séduites par l’idée de ne pouvoir préparer des repas. « Les Chinois ou les Indiens sont aussi satisfaits de pouvoir préparer des plats qu’ils ne trouveront pas dans la ville où ils séjournent ». Autre atout, Adagio est « une marque de plus en plus connue, ce qui fait que les touristes étrangers se sentent en sécurité c’est une d nos forces par rapport à Airbnb ».

Les directeurs des résidences ont pour mission de mettre à l’aise le client. A l’Adagio Tour Eiffel, par exemple, le responsable, Elie El Hayek organise des cocktails ou même des expositions, ce qui permet aux clients qui font de longs séjours de se rencontrer. Les hôtes peuvent aussi emprunter des livres ou divers objets comme… des haltères. Chaque établissement vend aussi des produits de première nécessité, snack, bière, produit d’hygiène. « Nous offrons une signature différente, continue Karim Malak, ni guindée, ni lifestyle, mais de la simplicité, de la convivialité et de l’échange ».

Le concept marche si bien, « même si les premiers mois de l’année n’ont pas été à la hauteur de nos espérances » que l’opérateur prévoit de doubler son parc de résidences hôtelières d’ici 2023. La marque ambitionne d’avoir 220 actifs dans le monde, dont 170 en Europe, en gestion, location ou franchise. Adagio vient ainsi d’ouvrir un établissent en Allemagne, à Brême, en attendant Bruxelles, Kiel, Londres, Zurich, Glasgow, Dubaï, Cracovie, Fribourg, ou encore Sotchi en Russie par exemple. Soit près de 20 nouveaux aparthotels qui ouvriront de nouvelles perspectives aux voyageurs. « Le facteur limitant, c’est le foncier, précise Karim Malak. Nous cherchons des établissements en cœur de ville qui doivent facilement accessibles depuis tous les points d’intérêt ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *