Airbnb a reversé 7,3 millions d’euros de taxe de séjour en France en 2016

Airbnb a reversé 7,3 millions d’euros de taxe de séjour à 19 municipalités françaises en 2016, dont Paris, et passé la barre des 15 millions de voyageurs accueillis par un hôte français depuis 2008.

Accusé de concurrencer les hôtels et de favoriser les locations de courtes durées non-déclarées, le site américain avait annoncé en février 2015 qu’il allait mettre en place la collecte automatique de la taxe de séjour au nom des hôtes. Depuis le 1er août dernier, il a élargi à 17 villes françaises la collecte automatique de cette taxe, après l’avoir mise en place à Paris et à Chamonix. Cette taxe de séjour pour la catégorie « meublés touristiques non classés » s’élève à 0,83 euros par personne et par nuit. Pour l’année 2016, « nous avons collecté la taxe de séjour dans 19 destinations en France et aujourd’hui nous avons le plaisir d’annoncer que cette initiative a généré 7,3 millions d’euros de recettes pour ces municipalités », a expliqué à l’AFP Emmanuel Marill, directeur d’Airbnb pour la France. « Nous voulons continuer à travailler avec les villes afin de simplifier la collecte et le reversement de la taxe de séjour pour les hôtes sur Airbnb (…) » et « permettre aux villes et aux territoires de bénéficier davantage des retombées économiques du tourisme et de notre communauté », a-t-il ajouté. Au printemps 2017, Airbnb explique vouloir « étendre cette initiative ». Il collectera la taxe de séjour pour le compte des hôtes « dans 31 nouvelles destinations dans les régions françaises, dont des stations de ski dans les Alpes et les Pyrénées, portant le nombre de villes concernées à 50 en France ».

Publié par la rédaction avec l'AFP

Vos réactions

  1. Bel article, qui n’est que la paraphrase d’un communiqué de presse d’AirBnb qui s’y connaît, en lobbying ! Ainsi AirBnb serait finalement un contribuable presque exemplaire, collectant « directement » la taxe locale de séjour auprès des locataires (pardon : « les hôtes », la nuance est… fiscale).
    C’est totalement faux, tout le monde le sait, sur le terrain. Etant moi-même élu d’un territoire touristique, en charge de la TLS, j’affirme que jamais AirBnb ni aucun autre intermédiaire ne jouent le jeu de la collecte et du reversement de la TLS, et ceci pour deux raisons : 1. parce que les loueurs particuliers sont naïfs et ignorent ( ?!) les responsabilités qui leur incombent ; 2. parce qu’ils n’ont pas intérêt à ce que l’administration connaisse le volume des locations réalisées, que l’on pourrait comparer à leur déclaration de revenus…
    Bravo à la presse, AFP en tête, pour la diffusion de fausses informations.
    Ils pourraient au moins donner les montants de taxe locale de séjour reversés par les acteurs français du tourisme, ils sont tellement supérieurs à ceux qu’Airbnb affiche ici !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *