Après la réponse de Macron à un chômeur, l’Umih invite le président à son congrès

Hébergement
Roland Héguy président de l'Umih.

Samedi, le chef de l’Etat avait conseillé à Elysée un jeune horticulteur au chômage de se réorienter dans l’hôtellerie et la restauration où le travail ne manque pas. « Je traverse la rue, je vous en trouve », avait-il dit ajoutant qu’il fallait être pour cela « prêt et motivé ».

« Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve ! »

Samedi, Emmanuel Macron a répondu à un chômeur qui se plaignait de ne pas trouver de travail et qui visitait l’Elysée à l’occasion des Journées du patrimoine. « Vous voulez travailler dans quel secteur ? » lui a demandé le président. « A la base, je suis en horticole », lui a répondu le jeune homme. Le président lui suggère alors de changer de secteur : « Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, les cafés et la restauration, dans le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens. Pas un ! Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve ! » Il a ajouté : « Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler. Avec les contraintes du métier ».

 

Suite à cette réflexion, Roland Héguy président de l’Umih, a réagi. « Merci M. le Président de la république de mettre la lumière sur nos métiers, notre secteur et de nous permettre, enfin, de tordre le cou aux idées reçues ». Il ajoute : « Nous avons créé 20 000 postes depuis le début de l’année. Pour autant, entre 50 000 et 100 000 postes ne sont pas pourvus. Les professionnels sont partout en demande de personnels motivés ». Le président de l’Umih rappelle que ce secteur « fait face à une pénurie historique de main d’œuvre ; l’offre et la demande ne se rencontrent pas ».

Cette situation est d’autant plus paradoxale car nos métiers sont des métiers de savoir-faire non-délocalisables, ils offrent des perspectives d’évolution réelles et rapides, en France et à l’international ».

 

Il rappelle également que ‘pour répondre à ces spécificités et conscients des difficultés, la profession a mis en place un dispositif conventionnel riche et nos organisations se sont engagées dans un dialogue social nourri : depuis la convention collective de 1997, de nombreux avenants ont été pris et continuent d’être signés. Notre secteur, par exemple, a été le premier à instaurer une mutuelle de branche (avant que cela soit obligatoire pour tous les secteurs) et à faire bénéficier les salariés d’aides sociales (ex : une aide financière au Permis de Conduire et/ou à une aide financière à la garde d’enfants et/ou à une aide financière si le salarié est parent isolé). Pour fidéliser nos salariés notamment dans nos TPE, l’UMIH va encore plus loin en proposant à nos entreprises adhérentes et à leurs 300 000 salariés de bénéficier des avantages de l’équivalent d’un comité d’entreprise ».

 

Pour le congrès national de l’Umih qui aura lieu du 4 au 6 décembre 2018 à Saint-Etienne, le thème sera « Ici, on recrute ! ». Roland Héguy sera « ravis d’y accueillir le président de la République et les membres du gouvernement pour avancer sur le sujet ».

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *