Belambra va ouvrir un à deux clubs par an en France

Hébergement
Frédéric Le Guen, président de Belambra Clubs

Niché sur la presqu’île de Giens à Hyères dans le Var, le Riviera Beach Club s’agrandit avec 59 nouveaux logements modulables. Une étape importante dans l’accélération du développement de Belambra – 55 clubs aujourd’hui – qui ambitionne d’ouvrir un à deux clubs par an d’ici 2025.

 

 

Extension du Riviera Beach Club

 

 

L’extension du Riviera Beach Club (RBC) a nécessité un investissement de 20 millions d’euros. Construit sur l’ancien Centre de Formation des Apprentis (CFA) à deux pas de la plage, le nouvel ensemble baptisé « Les Pins »  propose 59 logements (de 2 à 6 lits) en plus des 150 déjà existants sur le domaine « Les Palmiers ». On y trouve également une salle de spectacle, un spa ainsi qu’une jolie piscine intérieure chauffée ouvrant sur l’extérieur. Au global, le complexe se déploie sur 12,5 hectares avec un linéaire de plage de plus de 600 mètres. Alors que les premiers clients ont fait leur apparition sur le domaine des Pins, une famille (deux adultes/2 enfants) doit en moyenne dépenser 3 700 euros cet été pour séjourner au RBC et profiter de ses installations. « Il ne reste pas beaucoup de places » fait remarquer Frédéric Le Guen, président de Belambra Clubs.

 

 

 

 

« Hyères est déjà la capitale touristique du Var. Par cette inauguration, le groupe Belambra renforce cette position » a déclaré Jean-Pierre Giran, le maire de la commune. Car dans le département, celui qui se revendique comme le « N°1 des clubs de vacances en France » possède pas moins de trois adresses dans le Var. Juste à côté du Riviera Beach Club, il y a le club « Les Criques » réparti sur 35 hectares, idéal pour des séminaires, et, à environ 20 minutes en voiture le Pradet  « Lou Pigno » sis dans un cadre provençal verdoyant et apaisant. La marque est « un acteur important de l’économie locale, tant sur le plan touristique que sur le plan de l’économie locale puisque les trois clubs embauchent quelque 250 personnes en saison » souligne Frédéric Le Guen.

 

 

Dix ans et de nombreux projets

 

 

L’extension du Riviera Beach Club constitue « une étape importante » dans l’accélération du développement de Belambra. La marque qui fête cette année ses dix ans exploite aujourd’hui 55 unités (pension complète, demi-pension ou location). Elle ne compte pas s’arrêter là. « Nous voulons ouvrir un à deux clubs par an d’ici 2025 » indique Frédéric Le Guen qui lors de l’inauguration de l’extension du RBC a annoncé la signature de deux nouvelles adresses : Port Camargue (370 logements) à Grau du Roi (Gard) en 2020, et dès décembre 2018 un club Belmabra (250 chambres) à Avoriaz en Savoie.

 

Car l’une des caractéristiques de Belambra Clubs est de se positionner sur les plus beaux sites de France. Un plus qui contribue à sa renommée mais qui oblige la marque à se montrer « particulièrement sélective ». « Et puis, il faut une surface importante pour développer notre activité » ajoute Frédéric Le Guen qui évoque « une dizaine de projets très chauds sur les cinq prochaines années, dont deux neufs à la montagne ».

 

 

 

« 85% du business réalisé en direct »

 

 

En 2017, Belambra dont l’actionnaire unique est depuis 2016  le groupe Caravelle a réalisé un chiffre d’affaires de 179 millions d’euros (+ 10% sur deux ans) et a reçu 500 000 clients, soit une augmentation de 4% par rapport à 2017. « 5% de notre chiffre d’affaires annuel est consacré à l’entretien de notre parc. C’est plus élevé que les standards du marché » affirme Frédéric Le Guen qui revendique aussi « 85% du business effectué en direct ». Les 15% restants sont réalisés par les TO étrangers et les agences de voyages (Leclerc, Carrefour, Havas, Selectour…). « Ce sont des partenaires importants mais nous souhaitons rester dans les équilibres d’aujourd’hui » explique le président de Belambra.

 

Si l’on s’en tient aux six premiers mois de l’année, Belambra enregistre des réservations en hausse de 14% (6,5% à périmètre constant). « L’été s’annonce bien » se réjouit Frédéric Le Guen.

 

Chaque année, fort d’un parc de 9 000 logements, le spécialiste des clubs de vacances accueille 11%  de clients étrangers (22% à la montagne), essentiellement des Anglais, des Belges, des Suisses et des Allemands. Belambra ne prévoit pas toutefois dans l’immédiat de s’implanter à l’étranger.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *