Bien-être : un potentiel à atteindre selon Atout France

Hébergement

A la veille du salon des Thermalies, Atout France a présenté son étude "destinations bien-être" en France. Déjà en croissance, spa, thalasso et balnéo devraient profiter de l'évolution de la société. Un gros effort reste à faire auprès des clientèles étrangères.Laurent Fabius, on s’en souvient, a annoncé vouloir accueillir 100 millions de touristes étrangers en 2020. Pour atteindre cet objectif, la filière du bien-être ‘au potentiel ni recherché ni atteint’ selon Emmanuel Duval, de la direction ingénierie et développement d’Atout France, pourrait être intéressante. Il s’agit donc de mieux connaître les attentes de la clientèle et le panorama de l’offre française en matière de spas, thalasso, balnéo, thermalisme. Hier, veille du salon des Thermalies à Paris, l’agence de promotion touristique de la France a donc présenté les résultats d’une étude ad hoc. On en retiendra 3 grands axes
 
Une clientèle essentiellement nationale, voire locale
92% de la clientèle spa en France est… française !On est peut-être les meilleurs en termes de soins mais on est surtout les seuls (ou presque) à le savoir. Il faut dire que l’offre* est riche : 54 centres de thalasso, 105 centres thermaux, 468 spas dans des hôtels 3 à 5 étoiles dans l’Hexagone (+15 dans les Dom) et 167 spas dans les résidences de tourisme, hôtels-clubs, villages de vacances et même campings ! Elle est aussi concentrée sur 5 régions : Bretagne, Paris, Alsace, Paca et Savoie/Hte-Savoie.
 
20% des clients dépensent entre 500 et 999€ (transports, restauration, loisirs…). Et 25%, plus de 1.000€ par personne. Le secteur se démocratise, à travers le développement des spas urbains et les offres promotionnelles en ligne via les OTA. Avec 51% de clients non hébergés, les exploitants ont d’ailleurs compris l’intérêt d’aller chercher une clientèle de proximité.
 
Une activité en croissance
En 2013, l’activité spas en France a généré 450 M€ de recettes (en hausse de 6% sur 2012) pour quelque 6 millions de clients selon Stéphanie Rychembusch du cabinet SR Hospitality Consulting.
 
Et les perspectives sont bonnes. La population vieillissante privilégie plus volontiers la prévention en matière de santé. Et la clientèle des spas rajeunit sous la pression (stress, burn-out) que subissent les actifs. En outre les investissements réalisés dans la rénovation des structures contribuent à une bonne perception du produit.
 
En moyenne, 60% des clients effectuent 1 séjour bien-être tous les deux ans. C’était un tous les trois ans en 2010. Et 23% consomment un à deux séjours par an.
 
Une présence à travailler à l’international
Atout France compte une structure propre au secteur du bien-être sous la forme d’un cluster. Chapotée par Marie-Noëlle Veillet-Berry, DG d’Alliance Pornic, elle a vocation à faire connaître l’offre française à l’étranger. Notamment via les opérations ‘So France So Chic’ déjà réalisées en Suisse et en Belgique par Atout France.
 
Il s’agit de replacer l’offre de la France dans un contexte international. La Tunisie s’était positionnée très tôt et avec succès sur le secteur du bien-être. Mais les difficultés du pays depuis le printemps arabe et les récents attentats donnent l’occasion à la France de rappeler son savoir-faire.
 
La  référence en Europe reste l’Allemagne et l’Autriche. Leur culture du bien-être les place loin devant. Néanmoins, avec une formation continue des personnels accrue et surtout  un apprentissage des langues étrangères, les établissements français pourraient tirer davantage leur épingle du jeu. Sans oublier un développement massif sur le numérique à réaliser. ‘La visibilité en ligne avec descriptif en anglais des soins’ est un critère incontournable selon Valérie Abehsera, PDG du site de résa de prestations bien-être Balinea.com.
 
On rappellera que le tourisme de bien-être a réalisé un chiffre d’affaires de 500 milliards de dollars en 2013. Avec des prévisions de croissance annuelle de 10% (source : Global Spa & wellness summit -2014)
 
*En termes de méthodologie, l’étude s’est concentrée sur les spas dans les hébergements marchands ainsi que les centres de thalassothérapie et thermaux proposant au moins deux cabines de soin. 


 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *