Comme le luxe, le milieu de gamme a sombré en 2003

Hébergement

Les établissements n’ont pas réussi à résister aux événements internationaux.
Les hôtels de luxe parisiens sont les plus touchés avec une baisse de 10,2 %.
Les reports de clientèle ne profitent pas toujours aux 2 et 3 étoiles.
Encore une année noire pour l’hôtellerie française. Les taux d’occupation des hôtels appartenant aux segments deux, trois et quatre étoiles ont continué à plonger en 2003, et le bilan dressé en début de semaine par le cabinet d’étude et de conseil PKF hotelexperts est sans appel. Qu’ils soient à Paris ou en province, les établissements n’ont pu résister aux conséquences de la guerre en Irak, du Sras, de la faiblesse du dollar… qui ont entraîné les clients à réduire leurs coûts et à opter pour une solution plus économique. Dans le détail et dans la capitale tout d’abord, pour la troisième année consécutive, les hôtels haut de gamme enregistrent une baisse de leur fréquentation de l’ordre de 10,2 % en 2003. La période la plus critique s’est étendue de février à mai, mois durant lesquels la crise irakienne a engendré des pertes d’occupation de 10 à 20 points par rapport à 2002. En province, et plus particulièrement sur la Côte d’Azur, la crise du marché haut de gamme s’est traduite par une forte baisse de l’occupation (jusqu’à – 10 % pour les hôtels de charme) et une légère diminution des prix moyens. Seule la ville de Cannes semble tirer son épingle du jeu à l’image du Martinez qui, grâce à ses rénovations, a pu valoriser son prix moyen et attirer des clientèles à très fort pouvoir d’achat. Enfin, le milieu de gamme n’a pas été épargné l’an dernier. De – 7,1 % pour les 3 étoiles standard à – 4,5 % pour les 3 étoiles supérieur, ces segments ont été rattrapés par la crise économique qui a entraîné des restrictions budgétaires et des reports de clientèle sur des catégories moindres. Mais à en croire cette étude, les clients ne se sont pas tous dirigés vers les hôtels 2 étoiles, en retrait de 4,6 % l’an dernier.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *