Décret « anti Airbnb » : Le patron d’E-loue dénonce « la stupidité des lobbys »

Hébergement

Président du groupe E-loue (Sejourning), spécialiste de la location sur internet, Alexandre Woog, a rédigé une tribune dans laquelle il s’inquiète des conséquences d’un décret qui oblige les propriétaires, dans les communes de 200 000 habitants, à immatriculer leur logement avant de le mettre en location sur les plateformes d’hébergement.

Pour le dirigeant, « un tel décret va tuer les plateformes comme Sejourning qui n’ont pas les mêmes ressources financières que des géants comme Airbnb ». Il argumente : « Il y a déjà eu des nouvelles règles de fiscalité contraignantes, désormais il y a des règles d’immatriculations de logements. De ce fait un propriétaire aura forcément des freins psychologiques avant de mettre en location son logement. Aujourd’hui sur Sejourning il y a 20 000 logements en location et on constate déjà un ralentissement du dépôt de nouveaux logements ». Il s’adresse aux hôteliers : « La cibles des voyageurs dans ces appartements est différente de celle des hôtels : tarifs moins élevés, expérience différente, possibilité d’être groupé à plusieurs dans un appartement notamment pour les familles… C’est aux hôtels de s’adapter à ces nouveaux usages en créant des nouveaux services, des nouvelles offres ». Il insiste : « ce décret complexifie les locations alors que tous les services liés aux nouvelles technologies ne peuvent fonctionner que s’ils sont simples ».  Il argumente : « Le réel fonds du problème n’est-il pas de se demander pourquoi les propriétaires ne veulent plus louer en longue durée? J’échange tous les jours avec des propriétaires et les réponses sont claires : fiscalité lourde, taxe des micro logements, difficulté pour se séparer d’un locataire qui ne paie pas ses loyers, encadrement des loyers, impossibilité de louer des biens de moins de 14m2 qui proviennent d’une division… » Il conclut : « Je comprends l’inquiétude des hôteliers, mais ce n’est pas les aider que de mettre en place ce type de décrets, qui a été pris sans aucune concertation, car la volonté des clients finira toujours par l’emporter sur la volonté des lobbys ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *