Hausse généralisée des tarifs hôteliers dans le monde sauf en France

Hébergement

HRS Global Hotel Solutions a présenté les résultats de l’année 2015 de son baromètre Hôtel Price Radar et fait le point sur les prix hôteliers en France, en Europe et dans le monde.
 En 2015, l'activité hôtelière parisienne a été fortement impactée par les événements tragiques de janvier et novembre, ce qui explique en grande partie la baisse (légère) de l’ADR (138€ / -0,7%) dans la capitale. La chute de la fréquentation des hôtels (notamment auprès des voyageurs loisirs) a néanmoins été atténuée par l'organisation d’évènements majeurs (COP21, Fashion Week), de salons biennaux à fort potentiel (Maison & Objets, Salon de l’Agriculture, AirShow…) mais aussi par le dynamisme de l'activité affaires. D’autres facteurs permettent aussi d’expliquer, dans une moindre mesure, les performances en demi-teinte de la capitale : la non reconduction de certains salons, le nombre des ponts important cette année qui n’a pas favorisé la clientèle corporate mais aussi des effets structurels pénalisants comme l’émergence d’ hébergements alternatifs type AirBnb. En province, l’évolution des tarifs est assez hétérogène avec des baisses plus sensibles dans les villes connotées affaires comme Lyon (106€ / -1,8%), Lille (98€ / – 3%), Nantes (91€ / -3,2%) ou encore Toulouse (92€ / -5,1%). A contrario, on note une hausse tarifaires dans les villes balnéaires de la Côte d’Azur qui ont profité du retour de la clientèle moyen-orientale et notamment à Cannes (146€ / +2,1%) avec la venue pendant l’été de la clientèle saoudienne.
 
Une forte reprise de l’hôtellerie européenne liée à un effet de rattrapage des pays du Sud et une poussée des pays du Nord. Premier constat : à l’exception de Paris, l’hôtellerie de l’ensemble des capitales européennes connait une croissance de son ADR (tarif moyen journalier). On observe une tendance haussière en particulier dans les villes du nord et de l’est de l’Europe qui affichent des croissances entre 3% et 8% : Budapest en raison de divers manifestations sportives (78€ / +8,3%), Amsterdam (134€ / +6,4%), Berlin (91€ / +5,8%), Copenhague (144€ / +4,4%), Varsovie (93€ / +4,1%), Stockholm (134€ / +3,1%).
Les villes du Sud enregistrent également des hausses tarifaires (Barcelone / +3,7%, Bilbao / +7%, Séville / +4%, Venise / +5%, Naples / +12%) liées au renouveau du marché domestique de ces pays conjugué à un report des clients se rendant en Afrique du Nord. Dans la zone DACH (Allemagne, Suisse, Autriche), les principales villes « affaires » maintiennent une croissance de leur ADR à la hausse (Francfort / +6,2%, Cologne / +5,2%, Berlin/ +5,8%, Munich / +1%). Enfin, on peut signaler deux points spécifiques : à la faveur de la Coupe du Monde de rugby, Londres devient la ville européenne la plus onéreuse (189€ / +16,2%) devant Zurich (170€) alors que Moscou, jadis sur le podium, s’effondre (93€ / -25,6%). Globalement on remarque que les grands évènements ont un effet dopant sur les tarifs : Londres mais aussi Milan avec l’Exposition universelle (129€ / + 14,6%).
 
Croissance à deux chiffres du tarif moyen journalier dans la zone APAC et aux USA. En Chine, la quasi-totalité des villes connaissent une surchauffe de leurs tarifs hôteliers avec une croissance moyenne qui frôle les +30% : Shanghai (+28,6%), Shenzhen (+30,3%), Guangzhou (+42,2%), Chengdu (+29,3%). Nanjing (+18,3%) et Beijing avec +22 % ferment la marche ! A noter toutefois qu’en valeur nominale, les tarifs moyens du top 10 des villes chinoises restent inférieurs de -33% (103€) à celles du top 10 des villes européennes (139€).
Aux USA, l’hôtellerie connait une croissance très forte de son ADR à New York (264€ / +28,2%), Washington (206€ / +21,2%), Miami (154€ / +27,3%).
Dans la zone APAC, les prix dans les principales villes restent orientées à la hausse comme Singapour (+11%), Tokyo (+26, 7%), Seoul (+11,5%) et Sydney (+6,9%). Enfin Dubai (147€) s’installe dans le cercle des villes les plus chères de la planète avec une tendance régulière à la hausse (+18,6%).

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *