L’hôtellerie française devrait reprendre des couleurs en 2016

Le secteur devrait bénéficier d’un contexte favorable avec notamment un prix du pétrole bas et l’Euro 2016. Au global, le RevPAR devrait connaître une progression entre 1,1% et 2,1% selon la dernière étude Deloitte In Extenso. Après une année 2015 "compliquée"…

 On s'en doutait, l'hôtellerie française a connu une année 2015 marquée par une baisse de fréquentation après les attentats de janvier (Charlie Hebdo, Hyper Cacher). Cette baisse a été "de 3% à 6%" confirme le cabinet Deloitte In Extenso dans sa 18e édition des tendances annuelles de l'hôtellerie. Au global, la deuxième série d'attentats a fait plonger les taux d'occupation de -10,9% à -14,6% en novembre, selon les catégories et jusqu'à -24,3% en décembre.

2015, année compliquée
Sur l'année, seule l'hôtellerie haut de gamme a vu son occupation progresser (+2,6%, RevPar en hausse de 1,7%), notamment grâce aux performances de la Côte d'Azur. A Cannes, par exemple, les établissements luxe et le haut de gamme ont enregistré une hausse de 15,3% de leur RevPar par rapport à 2014.  Si Grand Luxe et Milieu de gamme se sont maintenus par rapport à 2014, le super-économique est en retrait (-1% de RevPar).

A Paris, les hôteliers auront eu un exercice 2015 "compliqué". Avec un Revpar en recul de 5,5% pour le milieu de gamme et de 3,1% pour l'économique. Tandis qu'en régions, météo, calendrier scolaire et événements en nombre ont contribué à "un bilan positif à la fin de l'année", avec toujours les meilleures performances pour les catégories supérieures.

Optimisme sur la croissance pour 2016
Sans surprise, l'hôtellerie haut de gamme devrait encore progresser en 2016. Dans ses projections pour l'année, le cabinet Deloitte In Extenso est optimiste. Tout en rappelant l'enjeu que constitue "la sécurité du pays et le retour à une situation apaisée", il pronostique une progression du RevPar "entre 1,1% et 2,1%", portée par un prix du pétrole bas et le championnat d'Europe de football qui se déroulera en France, du 10 juin au 10 juillet 2016.

Dans le détail, on devrait observer en 2016 un retour de la croissance entre 1,4% et 2,4% pour l'hôtellerie de luxe, entre 2% et 3% sur le milieu de gamme. Plus modestement, la croissance devrait se situer entre 0,9% et 1,9% sur l'économique et entre 0,2% et 1,2% sur le super-économique. Sur le haut de gamme, la reprise se consoliderait, de +1,7% à +2,7%.

Les nouveaux leviers de développement
"Les offres issues de l'économie collaborative, Airbnb en tête, focalisent nombre d'interrogations et de craintes", analyse Joanne Dreyfus, associée Tourisme, Hôtellerie, Restauration chez Deloitte. L'industrie hôtelière doit "adapter son produit, voire son modèle économique".

Pour cela, le cabinet distingue 4 directions "innovantes et créatives":
transformation digitale à marche forcée (proximité avec le client, opportunités d'alliances, amélioration de la connaissance client par exploitation des data).
– dimension vertueuse du développement durable (économies en eau et énergie, attractivité).
jeunes talents (donner du sens, gestion plus dynamique des carrières)
crowdfunding (nouveaux financements, défiscalisation des particuliers investisseurs).

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *