L’hôtellerie parisienne va tourner à plein régime en 2014

Hébergement

Selon une étude du cabinet PwC portant sur l'hôtellerie en Europe, le secteur devrait retrouver le chemin de la croissance en 2014. Grâce à des taux d'occupation et prix moyens élevés, Paris pourrait connaître une croissance de près de 4% de son RevPAR (Revenu moyen par chambre).17 des 18 métropoles européennes passées au crible par PwC devraient bénéficier d'une croissance du secteur hôtelier. Dans l'ordre, les meilleurs élèves de l'année devraient être Dublin, Londres et Paris, devant Edimbourg, Berlin, Francfort, Vienne et Moscou. Ainsi grâce à des millions de visiteurs, l'hôtellerie parisienne tourne à plein régime. Cette bonne forme doit se concrétiser par une croissance de RevPAR de 3,8% en 2014 et de 2,4% en 2015. Cette croissance est poussée par des taux d'occupation importants (plus de 80% des 77 438 chambres des 1 478 hôtels sont occupés), un prix moyen par chambre élevé (parmi les 36,9 millions de nuits d'hôtel réservées en 2012, les hôtels 2 et 3 étoiles affichent la meilleure croissance), la construction en cours de plus de 300 chambres d'hôtels. "En 2014, la croissance du tourisme sera notamment stimulée par des événements commerciaux comme le Salon de l’Automobile ou par le lancement de la ligne TGV Paris-Barcelone qui pourrait attirer un million de passagers. La croissance se poursuivra en 2015, mais de manière plus maîtrisée, avec un RevPAR en augmentation de 2,4% et un taux d’occupation record de 82%" analyse Olivier Vialle, associé PwC spécialiste de l’hôtellerie.
Si PwC se montre particulièrement optimiste, le cabinet Deloitte, à travers lui aussi une récente étude, se montre plus modéré. Il rappelle en effet que les palaces, essentiellement parisiens, devraient maintenir une croissance du RevPAR entre +4% et +6%, les prévisions pour les autres catégories vont d’un minimum de -0,5% pour le super économique à un maximum de +2,5% pour le haut de gamme. Au global, une année 2014 qui table sur des prévisions de croissance comprises entre 1 et 2%.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *