La marque Balladins revoit sa stratégie et repart sur de nouvelles bases

Hébergement
Balladins
Fabrice Beyer, directeur commercial & marketing chez Balladins.

Marque du groupe Dynamique Hotels Management, l’enseigne Balladins se (re)positionne sur des établissements qualitatifs classés 2 et 3 étoiles. Après s’être séparé des « mauvais élèves », le réseau aux 55 unités repart sur de nouvelles bases et devrait voir son périmètre s’agrandir rapidement.

Programme de rénovation et nouveaux entrants

Créée en 1985, la marque Balladins a compté il y a peu jusqu’à une centaine d’établissements avant que la direction ne fasse le ménage et élimine les « mauvais élèves ». « Si nous voulons repartir sereinement, nous avons besoin de nous séparer des hôtels qui nous font du mal. Un client qui a eu une mauvaise expérience chez Balladins, il ne reviendra plus chez nous » explique Fabrice Beyer, directeur commercial & marketing, qui précise avoir « vendu 47 hôtels en l’espace de deux ans et demi. Il y en a encore 4 ou 5 à vendre ». Par ailleurs, un vaste chantier de rénovation a été mis en place.

 

Aujourd’hui l’enseigne Balladins totalise 54 établissements en France et un autre situé à Charleroi en Belgique. 43 sont en franchise, les autres sont des filiales. « Nous misons sur le dynamisme et la qualité de nos établissements plutôt que sur la quantité » assure Fabrice Beyer. Positionné sur l’hôtellerie milieu de gamme et économique, Balladins devrait disposer de « 8 à 10 hôtels en franchise supplémentaires cette année, et entre 12 et 17 l’an prochain ».

 

 

Les hôtels Balladins, dont le siège est à Boulogne-Billancourt, sont pour la plupart implantés en région parisienne et dans les villes de province de taille moyenne, environ 30 000 habitants. « Nous cherchons à nous développer sur la région Grand Ouest, en Bretagne et en Normandie, ainsi que sur le Pays Basque » souligne le directeur commercial & marketing. Les établissements comprennent entre 27 et 88 chambres pour un prix moyen de 54 euros la nuit. Du lundi au jeudi, la marque attire plutôt une clientèle affaires, alors que du vendredi au dimanche, c’est une clientèle plutôt loisirs. Des solutions sont aussi proposées pour les groupes. L’idée étant de « faire vivre une expérience » à chaque hôte.

 

 

Les contrats sont signés pour une durée de cinq ans avec « un taux de renouvellement de 92% ». La redevance comporte une part fixe et une part variable lié au chiffre d’affaires de l’établissement. « Balladins est sans doute le label le moins normé. Nous garantissons aux hôteliers leur indépendance. Ils se sentent libres » affirme Fabrice Beyer. Des animateurs basés en région sont dédiés aux franchisés. Ils les accompagnent et les aident en cas de question. « De même que nos clients ne sont pas que des numéros de chambres, nos hôteliers ne sont pas que des numéros de contrat » se plait à dire Fabrice Beyer.

Importance de la relation client, souci de l’environnement

Dans sa nouvelle stratégie de marque axée sur la qualité et le dynamisme, la chaine accorde également une grande importance à la relation client. Ce mois-ci, la marque a lancé une campagne de communication interne et externe afin d’ancrer l’idée d’une enseigne qui prend en compte l’avis de ses clients. « Nous publions des commentaires véridiques sur les réseaux sociaux, y compris certains négatifs, et nous apportons une réponse » indique encore le responsable.

 

Autre initiative, le lancement de l’eco-label Balladins Green. A travers ce dispositif, la chaine hôtelière économique souhaite également faire du développement durable un axe prioritaire de sa stratégie. Par exemple, l’offre petit-déjeuner proposée par les hôteliers sera agrémentée de produits issus de l’agriculture biologique ou encore de producteurs locaux. De même la formule « PDJ Express by Balladins » permet d’emporter son petit-déjeuner dans un sac kraft avec des gobelets en matériaux recyclés. En résumé, chaque nouvelle décision sera toujours pensée dans un souci environnemental.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *