Le luxe se décline en région parisienne

Hébergement

Hôtels proches de la nature et chambres plus spacieuses.
La clientèle connaît déjà Paris ou est en séminaires.
Difficile d’attirer les clients étrangers en court séjour.
Ils sont peu nombreux et pourtant ils présentent certains avantages. Les établissements de luxe en périphérie de Paris attirent de plus en plus les initiés de la capitale qui, contrairement aux premiers visiteurs, ne cherchent pas à arpenter les allées d’un maximum de musées en un temps record mais plutôt à profiter des quartiers qu’ils affectionnent puis à rentrer se reposer au vert. « Les clients apprécient la plus grande superficie des chambres, l’offre de restauration multiple et surtout le bon rapport qualité-prix », explique Marc Habrioux, directeur des Etangs de Corot à Ville d’Avray. Et les prix varient souvent du simple au double entre un établissement de proche banlieue et un hôtel parisien de même catégorie. Le Trianon Palace à Versailles et le Prince de Galles (avenue George V) appartiennent tous deux au groupe Starwood et affichent des prix bien différents : à partir de 400 euros d’un côté et de 600 euros de l’autre. Unique Relais & Châteaux proche de Paris, l’hôtel Cazaudehore à Saint-Germain-en-Laye met également en avant le fait d’être deux fois moins cher que l’équivalent à Paris alors qu’il ne se trouve qu’à 19 km de la capitale et qu’il propose à ses clients de disposer d’une navette gratuite pour les conduire à la station de RER. La clientèle y est à 60 % française et n’est pas uniquement provinciale. Constat repris par Lucie Denarcy, directrice des ventes des trois hôtels Starwood en France, dont le Trianon Palace, qui avoue que de nombreux Parisiens font le choix de venir passer un week-end à Versailles. Ces établissements jouent aussi sur leur structure d’accueil pour attirer la clientèle affaires. Ce segment ne représente que 15 % de l’ensemble des clients à Saint-Germain-en-Laye alors qu’elle est en revanche majoritaire à Versailles, qui profite de sa proximité avec les entreprises de Vélizy. La difficulté consiste aujourd’hui à convaincre la clientèle étrangère de court séjour qui montre certaines réticences à résider ailleurs que dans la capitale lorsqu’elle la découvre seulement le temps d’un week-end.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *