Le Shangri-La’s Le Touessrock souhaite rajeunir sa clientèle

Hébergement
Gerhard Hecker, directeur général du Shangri-La's Le Touessrock Resort & Spa

En poste depuis un peu plus de deux mois, Gerhard Hecker est le directeur général du Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa à Maurice. De passage à Paris, cet allemand possédant plus de 25 ans d’expérience dans le management d’hôtels de luxe, nous rappelle le positionnement de l’établissement mauricien et nous parle de ses projets alors que le resort fête ses 40 ans l’an prochain.

 

Rebaptisé Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa après un vaste programme de rénovation terminé à l’automne 2015, ce resort cinq étoiles situé sur la côte est de l’île se veut « l’incarnation du luxe insulaire raffiné ». Ce qui fait sa force, « c’est à la fois le retour de nos clients, et l’esprit d’équipe au sein du personnel » explique Gerhard Hecker qui évoque même « une tradition familiale avec des employés qui travaillent à l’hôtel depuis trois générations ».

 

 

Lové dans la baie de Trou d’Eau Douce et installé sur 14 hectares de front de mer, le Shangri-La’s Le Touessrok possède 200 chambres et suites parmi lesquelles 3 Beach Villas de 423 m2 chacune avec service majordome intégré. « Le taux moyen d’occupation est de 70% à l’année » précise le dirigeant qui ne fait pas de ce ratio une priorité, l’idée étant d’avoir « un maximum de souplesse pour accueillir les clients ».

 

 

Les nouveaux concepts de restauration reposent notamment sur cinq restaurants et trois bars animés. CHI The Spa du Shangri-La propose une carte de soins « bien-être » holistiques et ayurvédiques au sein de ses huit salles de soins. Les équipements de loisirs incluent deux piscines ainsi qu’un parcours de golf 18 trous.

 

Outre un parcours de golf situé sur l’Ile aux Cerfs, l’hôtel compte une île privée isolée, l’îlot Mangénie, avec plusieurs plages vierges à l’usage exclusif des clients. « Nous sommes un éco-resort. La végétation est luxuriante. Ceux qui le souhaitent peuvent jouer les Robinson Crusoé avec un service 5 étoiles » complète le directeur général.

 

 

Le Shangri-La’s Le Touessrok s’adresse plus particulièrement à trois typologies de clientèle : les seniors, les familles et ceux qui sont en voyage de noces, lune de miel ou anniversaire de mariage. « L’enjeu est de répondre aux attentes de chaque clientèle, créer du lien et apporter du service » confie Gerhard Hecker qui ne cache pas non plus sa volonté de rajeunir la clientèle. Avoir davantage de trentenaires et quadragénaires.

 

Afin de booster sa fréquentation et capter de nouveaux clients, l’hôtel a mis en place des « offres incitatives telles que « trois nuits achetées, deux autres gratuites ». En moyenne chaque année, 80% des clients viennent pour la première fois dans cet établissement légendaire.

 

 

Cette année, ce sont 110 254 hôtes toutes nationalités qui ont séjourné au Shangri-La’s Le Touessrok. Si la Grande-Bretagne est le premier marché avec 29 724 clients, la France arrive en deuxième position avec 12 510 hôtes, suivie de l’Allemagne avec 9 591 clients.  « A raison de 6 à 8 éductours par an, nous allons continuer en lien avec l’Office de Tourisme de convier des agents de voyages français à découvrir notre établissement » assure Gerhard Hecker.

 

 

Le Touessrok Resort & Spa fête l’an prochain ses 40 ans. Ainsi 40 évènements (concerts, prouesses gastronomiques…) seront proposés tout au long de l’année avec pour point d’orgue la date du 24 novembre qui marquera véritablement les 40 ans de l’hôtel.

 

Cet anniversaire coïncide avec le développement de nouveaux projets et expériences. S’il est déjà possible de dormir dans une bulle à ciel ouvert, le Shangri-La’s Le Touessrok pour la première fois de son histoire s’apprête à acquérir son propre catamaran qui sera amarré à l’année à côté de l’hôtel.

 

Autre projet : une nouvelle villa de 900 m2 doit voir le jour sur l’îlot Bogo.

« Je me sens très privilégié d’être à la tête de cet hôtel » souligne Gerhard Hecker. S’il habite juste à côté du Saint-Géran, le directeur général, après avoir longtemps dirigé des hôtels en Asie, prend plaisir à travailler à l’extérieur du Touessrock alors qu’auparavant il était toujours à l’intérieur des murs. « Je suis heureux de partager une expérience formidable avec les clients, et je suis très fier de participer à ce nouveau chapitre dans l’histoire du resort » conclue-t-il.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *