Malgré les grèves, le tourisme français tient bon

Hébergement

Selon le dernier baromètre hôtellerie de mai 2018 d’In Extenso TCH, malgré un contexte impacté par les grèves, les performances sont en progression au mois de mai par rapport à 2017.

 

 

Les professionnels du tourisme ont su capitaliser sur un calendrier favorable aux ponts et week-ends prolongés, ainsi que sur le décalage des vacances de printemps de la zone B. Les chiffres d’affaires augmentent de 1% sur l’hôtellerie Economique et de l’ordre de 4% à 5% sur les autres catégories. Cependant, on observe un léger recul de la fréquentation sur les catégories d’entrée de gamme. En cumulé à fin mai 2018, on note une légère baisse d’occupation sur l’hôtellerie de Luxe et Super-économique. « Malgré tout, sur l’ensemble du territoire, et en cumul depuis le début de l’exercice, les résultats restent en progression sur l’ensemble des catégories. » souligne Olivier Petit, Associé chez In Extenso TCH.

 

 

Ile-de-France :

 

Grâce à certains évènements de grande envergure tels que la Foire de Paris ou Roland Garros, l’hôtellerie parisienne a enregistré des niveaux de performance en hausse par rapport à l’année 2017. Seule, la catégorie haut de gamme a vu sa fréquentation diminuer de manière significative. Toutefois, en données cumulées à fin mai 2018, tous les voyants sont aux verts avec des progressions de RevPAR (Revenu moyen par chambre disponible) : entre 5% sur l’hôtellerie Haut de gamme et 11% sur les autres segments.

 

 

Régions (hors Île-de-France et Côte d’Azur) :

 

En région, les chiffres d’affaires hébergement sont en croissance sur l’ensemble des segments, excepté une légère baisse sur l’hôtellerie Economique. On observe un repli du taux d’occupation sur l’hôtellerie de Luxe de presque 4%. En revanche, à fin mai 2018, les RevPAR sont en progression de l’ordre de 1% à 4% selon les catégories.

 

 

Côte d’Azur :

 

L’ensemble des indicateurs sont en progression, particulièrement sur les catégories supérieures, affichant des croissances de RevPAR entre 6% et 8%. Cette croissance s’explique par la progression des taux d’occupation stimulés par les départs des vacanciers de la zone B. En données cumulées à fin mai 2018, la tendance est toute aussi positive. Le début de l’année 2017 avait été impacté par les attentats de Nice en juillet 2016, ces belles performances doivent donc être nuancées.

 

 

Focus résidences de tourisme : des résultats encourageants

 

Le mois de mai 2018 est globalement positif pour les résidences urbaines de tourisme. En effet, tant en Île-de-France qu’en Régions, les chiffres d’affaires hébergement sont en hausse sur l’ensemble des catégories par rapport à l’année précédente. Ces belles performances s’expliquent par un calendrier scolaire et de nombreux week-ends prolongés favorables aux séjours touristiques. Cette conjoncture a permis au marché des résidences d’enrailler les conséquences des grèves. Soulignons les niveaux d’occupation ce mois-ci, supérieurs à 70% sur le marché français des résidences urbaines.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.