Park Hyatt s’installe progressivement en Europe

Hébergement

La marque compte cinq hôtels sur le Vieux Continent.
Localisation, design et personnalisation sont décisifs.
Clients russes et sud-américains ont pris le relais.
Le groupe Hyatt se compose de trois marques : Grand Hyatt, Hyatt Regency et Park Hyatt. Distinctes par leur situation géographique, leur clientèle et leur style, elles ont pourtant un dénominateur commun : le luxe. Avec plus de 200 établissements dans le monde, l’enseigne Park Hyatt se distingue également de ses deux « sœurs » par sa présence encore très limitée. « Nous avons mis plus de dix ans avant de trouver l’emplacement du Park Hyatt Paris-Vendôme », rappelle Arnaud de Saint-Exupéry, directeur marketing France. Le développement de l’enseigne passe donc avant tout par une localisation stratégique, au cœur des grandes villes internationales, mais accorde également une place de choix à l’architecture intérieure où les collections d’art sont au premier plan ainsi qu’à la personnalisation de l’accueil et des services. Face à ces critères qualitatifs très pointilleux, l’expansion de l’enseigne avance donc à petits pas. Tout d’abord en Asie et aux États-Unis (terre d’origine du groupe), elle fait une percée depuis quelques années en Europe. Madrid, Moscou, Hambourg, Paris puis Milan il y a six mois, ce sera au tour de Zurich d’ouvrir ses portes au mois d’octobre, soit six établissements européens pour un total de 23. « Nous cherchons à nous implanter à Londres, Barcelone et dans le sud de la France mais les opportunités manquent », souligne Arnaud de Saint-Exupéry. Alors en attendant l’endroit rêvé, Park Hyatt soigne sa clientèle étrangère présente à 95 % dans l’hôtel parisien. « Nous sentons depuis le début de l’année un réchauffement de la part des clients américains. Le boycott dont les palaces ont été victimes l’an dernier semble aujourd’hui se résorber », poursuit-il. La présence de la clientèle venant de Russie, d’Amérique latine et du Brésil ainsi que quelques « astuces » mises en place pour ne pas baisser les tarifs, « bien trop difficiles à remonter après », telles que trois nuits réservées donnent droit à une quatrième ou encore un euro équivaut à un dollar, ont permis à la marque d’afficher complet aujourd’hui…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *